Justice

L’ex-cabinet de Dupond-Moretti en quête de nouveaux dossiers en Afrique

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le ministre français de la Justice, Eric Dupond-Moretti, à Paris, le 11 juillet 2020.

Le ministre français de la Justice, Eric Dupond-Moretti, à Paris, le 11 juillet 2020. © JULIE DOUXE/newspictures

Depuis qu’Éric Dupond-Moretti a été nommé ministre français de la Justice, son ancien associé, Antoine Vey, dirige seul leur cabinet. L’Afrique pourrait y prendre une place encore plus importante.

Depuis le 6 juillet, Éric Dupond-Moretti n’est plus avocat. « Honni » du barreau, il a quitté son cabinet, Dupond-Moretti et Vey, dans lesquels il ne possède désormais plus de parts, afin d’éviter toute accusation de conflit d’intérêts avec sa nouvelle fonction de ministre français de la Justice.

Il avait d’ailleurs déjà discuté, avec son désormais ex-associé Antoine Vey, de l’avenir de leur association. Il se savait en effet, avant le 6 juillet, sur une « short-list » dans l’éventualité d’un remaniement gouvernemental.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte