Politique

Explosions au Liban : Beyrouth, ville sinistrée

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 05 août 2020 à 10h46
Les explosions dans le portd de Beyrouth mardi 5 août 2020 ont provoqué un immense champignon de fumée dans le ciel de la capitale libanaise.

Les explosions dans le portd de Beyrouth mardi 5 août 2020 ont provoqué un immense champignon de fumée dans le ciel de la capitale libanaise. © Sputnik/SIPA

Deux puissantes explosions au port de Beyrouth ont fait ce mardi plus de 100 morts et près de 4 000 blessés, causant des dégâts importants sur plusieurs kilomètres et provoquant un immense champignon de fumée dans le ciel de la capitale libanaise.

Deux gigantesques explosions successives ont secoué mardi Beyrouth faisant 4 000 blessés et plus de 100 morts, semant la panique et provoquant un immense champignon de fumée dans le ciel de la capitale libanaise, déclarée ville « sinistrée ».

Les deux explosions ont eu lieu en fin d’après-midi dans le port de Beyrouth, où étaient stockées plus de 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium, produit hautement explosif, qui entre dans la composition de certains engrais mais aussi d’explosifs.

Plusieurs heures après l’explosion, les flammes enveloppaient toujours le secteur. Un hélicoptère collecte de l’eau de la mer pour éteindre les incendies, a constaté une correspondante de l’AFP.

Beyrouth sous les décombres ce mardi 4 août après la double explosion survenue dans le port.

Beyrouth sous les décombres ce mardi 4 août après la double explosion survenue dans le port. © Hassan Ammar/AP/SIPA

Déflagrations entendues à plus de 200 km

« Nous avons vu un peu de fumée et ensuite une explosion. Puis le champignon. La force de l’explosion nous a propulsés en arrière dans l’appartement », a raconté un habitant du quartier de Manssouriyeh, qui a assisté à la scène depuis son balcon, à plusieurs kilomètres du port.

Le secteur du port a été bouclé par les forces de sécurité, qui ne laissent passer que la défense civile, les ambulances aux sirènes hurlantes et pompiers, selon des correspondants de l’AFP à l’entrée du port.

Selon des témoins, les déflagrations ont été entendues jusqu’à la ville côtière de Larnaca, à Chypre, distante d’un peu plus de 200 km des côtes libanaises.

« Jusqu’ici, plus de 4 000 personnes ont été blessées et plus de 100 ont été tuées. Nos équipes poursuivent leurs recherches et opérations de secours dans les zones environnantes », a indiqué la CRL dans un communiqué.

Le directeur général de la Défense civile, Raymond Khattar, a déclaré à la chaîne de télévision locale LBCI que le bilan pourrait encore s’alourdir, mettant en garde notamment contre les risques d’effondrement de certaines infrastructures dans la zone portuaire et les quartiers environnants.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte