Justice

Gabon : la contre-attaque des frères Laccruche Alihanga

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Brice Laccruche Alihanga, à Libreville, en juin 2018.

Brice Laccruche Alihanga, à Libreville, en juin 2018. © DR

Détenus depuis décembre 2019, l’ex-directeur de cabinet du président Ali Bongo Ondimba, Brice Laccruche Alihanga, et son frère Grégory espèrent toujours convaincre les juges de leur innocence. 

Depuis fin mai et peu après sa tentative de suicide, Brice Laccruche Alihanga (BLA) a été replacé à l’isolement à la prison centrale de Libreville, officiellement en raison de la pandémie de Covid-19.

Selon nos informations, ni son avocat, Me Anges Kevin Nzigou, ni la consule de France à Libreville, Marguerite Francy Degardin, n’ont pu rendre visite à l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba ces deux derniers mois, malgré plusieurs sollicitations auprès des autorités gabonaises.

Des liens avec l’affaire Patrichi Tanasa ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte