BTP & Infrastructures

Malgré l’essouflement nigérian, Dangote Cement garde le cap

Réservé aux abonnés | | Par
Cimenterie du Groupe Dangote (Dangote Industries Sénégal SA) à Pout, près de Thiès (Sénégal).

Cimenterie du Groupe Dangote (Dangote Industries Sénégal SA) à Pout, près de Thiès (Sénégal). © Arona/Ahounou/REA

Si la croissance continue du groupe d’Aliko Dangote s’essouffle quelque peu dans son pays d’origine, ses bonnes performances en Éthiopie et au Sénégal lui permettent de tirer son épingle du jeu.

La figure de proue du magnat nigérian aura réussi à demeurer bénéficiaire début 2020. Et ce, en dépit du contexte économique global particulièrement négatif depuis le début de la crise sanitaire.

Dangote Cement, principale société du holding du milliardaire africain Aliko Dangote, affiche un chiffre d’affaires de 476,9 milliards de nairas (1,05 milliard d’euros) au 30 juin, contre 467,7 milliards de nairas au titre des six premiers mois de 2019. Soit un léger rebond de 2 % sur un an, a-t-il indiqué dans ses états financiers intermédiaires publiés fin juillet.

Le plus grand fabricant de ciment du Nigeria présente un bénéfice net de 126 milliards de nairas, contre 119 milliards environ au premier semestre de 2019. Avant impôts, son bénéfice atteint 163 milliards de nairas, contre près de 155,5 milliards au 30 juin l’année dernière – et sa marge d’Ebitda, 45,7 % (en léger repli – 0,9 %).

Maîtrise des coûts au Nigeria

Une résilience due pour l’essentiel aux performances exceptionnelles des filiales de Dangote Cement depuis le mois de janvier. « Nous restons en position de force malgré la conjoncture et le ralentissement auquel le monde est confronté en raison du Covid-19 », a commenté le Français Michel Puchercos, DG du groupe depuis février, et ancien DG de Lafarge Africa – le rival de Dangote sur le marché du ciment en Afrique.


>>> À lire sur Jeune Afrique Business+ : Avec Michel Puchercos, Dangote trouve son nouveau CEO chez Lafarge


En effet, malgré les fermetures de sites et les restrictions de circulation imposées par les autorités à cause de la pandémie, le volume des ventes des neuf filiales a légèrement crû (+0,7 %) au premier semestre, par rapport à la même période en 2019. Il représente près de 40 % des ventes du groupe.

À noter : si la maîtrise de ses coûts, et la limitation des remises et rabais pratiqués au niveau local, ont permis à Dangote Cement Nigeria de résister au premier semestre, les volumes écoulés sont eux en baisse (-2,5 %). Une situation qui s’explique par le double facteur externe de la pandémie de Covid-19 et de la baisse des prix du pétrole au premier semestre. À cet égard, le FMI a revu ses estimations à la baisse pour le Nigeria, prévoyant désormais que l’économie entrera en récession en 2020.

Forte marge pour les filiales panafricaines

En termes de chiffre d’affaires, l’ensemble des filiales (Cameroun, Congo-Brazzaville, Ghana, Éthiopie, Sénégal, Sierra Leone, Afrique du Sud, Tanzanie et Zambie) totalise 145 milliards de nairas au premier semestre, soit une hausse de 3,5 % par rapport à l’année précédente, et représente toujours plus de 30 % du chiffre d’affaires du groupe. La part du Nigeria reste quant à elle relativement stable au premier semestre (+1,2 %), à 332 milliards de nairas, contre 328 milliards l’année précédente.

Les filiales enregistrent par ailleurs un Ebitda record lui aussi, de 31,5 milliards de nairas (avant imputation des coûts centraux et éliminations), en hausse de 31,6 %, soutenue par de bonnes performances en Éthiopie et au Sénégal, ainsi que de fortes mesures de réduction de coûts au niveau de six implantations, et d’une hausse des prix en Zambie. Cela représente une marge d’Ebitda hors Nigeria historique de 21,7 % au premier semestre contre 17,1 % en 2019.

Première filiale africaine du géant nigérian, en volume des ventes, Dangote Cement Éthiopie a produit 2 Mt en 2019, pour près de 54 milliards de nairas de CA. Juste devant le Sénégal, « l’un des marchés les plus performants du groupe », (2e en volume et 5e en revenus), la Tanzanie (3e en volume et 4e en CA), et le Cameroun (4e en volume et 3e en CA). À titre de comparaison, Dangote Cement Nigeria a produit plus de 14 Mt de ciment sur l’ensemble de l’année 2019, pour plus de 610 milliards de nairas de revenus.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte