Assurances

Le nouveau souffle de Wided Belhouchet pour Cash Assurances en Algérie

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 29 septembre 2020 à 09h55
Wided Belhouchet, PDG de Cash Assurances

Wided Belhouchet, PDG de Cash Assurances © Cash Assurances

La PDG du cinquième assureur algérien mise sur la proximité pour relancer la filiale du géant pétrolier Sonatrach, en perte de vitesse.

Des plafonds de verre, Wided Belhouchet en a brisé plusieurs. Et ce, dès l’entame de sa carrière. Plus jeune directrice centrale de la réassurance au sein de la Compagnie algérienne d’assurance et de réassurance (CAAR), à 29 ans – une promotion décrochée seulement quatre après son entrée dans l’entreprise publique, pionnière du secteur –, elle est devenue à 43 ans la deuxième femme à la tête d’une société d’assurance en Algérie, après sa nomination au poste de PDG de Cash Assurances, en octobre 2018 – après Manelle Otmane, qui dirige Gam Assurances depuis 2017.

Après sept ans passés à la Compagnie nationale de réassurance (CCR) et un passage par Alliance Assurances, Wided Belhouchet relève un nouveau défi : insuffler un nouveau souffle à la filiale de la compagnie pétrolière publique Sonatrach, en perte de vitesse.

À son arrivée, l’assureur venait même de rétrograder de la quatrième à la sixième place d’un marché national dominé par la Société nationale d’assurance (SAA), la Compagnie algérienne d’assurance et de réassurance (CAAR) et la Compagnie algérienne des assurances (CAAT). « Des problèmes d’organisation ont affecté le rendement de l’entreprise. Il fallait mettre les bouchées doubles pour reconquérir notre place », explique-t-elle.

Sa méthode : remobiliser les troupes en misant sur la proximité. Elle entreprend ainsi une tournée des 45 agences et succursales afin de « faire sentir que leur premier responsable est présente pour les écouter, les aider et les accompagner ». Sans promettre l’impossible aux quelques 650 employés sous son autorité.

Un catalogue d’offres dépoussiéré

« Tenter de donner des réponses, dans l’urgence, aux problèmes rencontrés par le réseau n’est pas toujours la meilleure approche, à mon avis. Il faut prendre le temps d’analyser les situations afin de livrer des solutions définitives et pérennes. Il faut aussi respecter toujours ses engagements, ça fait partie du rapport de confiance entre un manager et ses équipes ».

Une logique que la patronne de Cash Assurances applique également avec les clients. « La proximité et le dialogue sont la clef dans le secteur des services. J’essaie de comprendre leurs préoccupations et attentes. Si nous disposons de la solution, nous l’offrons, autrement nous ajustons nos formules pour leurs garantir une prestation de qualité. C’est de cette manière que nous pérennisons la relation », considère-t-elle.

Sur le volet commercial, elle dépoussière le catalogue d’offres et modernise la communication de la compagnie, fondée en 1999. « On a retiré les produits qui ne marchaient plus, revu les conditions générales de certains autres, adapté les tarifs au marché et proposé de nouvelles formules. Notre mode de communication est aussi plus réactif, on a rafraîchi le site web et lancé des formations à la carte à destination des particuliers et des entreprises », détaille-t-elle.

Le top 3 en ligne de mire

Sa stratégie porte déjà ses fruits. Avec un chiffre d’affaires de 12,68 milliards de dinars (84 millions d’euros), en progression de 33 % par rapport à l’an passé, Cash Assurances a clôturé l’année 2019 en remontant à la cinquième place des compagnies d’assurance du pays. Et conforte sa place de leader des risques construction avec une part de marché de 27,5 % soit 2,93 milliards de dinars. « On veut à moyen terme entrer dans le top 3 », glisse la PDG.

Un objectif ambitieux compromis par une recrudescence de l’épidémie du coronavirus en Algérie. « L’effet de la crise sanitaire commence à être ressentie sur le volet de trésorerie, en termes d’encaissement et recouvrement des primes auprès de nos clients. D’ailleurs, nous avons envisagé des échéanciers pour ne pas pénaliser davantage leur rythme de fonctionnement », explique Wided Belhouchet, qui ajoute : « Le budget d’investissement a été hiérarchisé en ne gardant que les actions prioritaires en relation avec l’extension du réseau et du développement de la force de vente, aussi en relation avec le projet digital et de l’augmentation des capacités informatiques et de stockages des données ».

L’entreprise prévoit de terminer l’année avec un chiffre d’affaires de 12,7 milliards de dinars de primes émises et un résultat net d’environ de 543 millions de dinars, « ce qui traduit un rendement sur capital de 7 % contre 5 % en 2019 », commente la dirigeante.

Un rôle de modèle assumé

Issue d’une lignée de mineurs de la région de Tébessa, élève brillante, Wided Belhouchet vient d’une famille « qui a toujours accordé une grande importance au travail », souligne l’ingénieure d’État en statistiques, diplômée de l’Institut de financement et de développement du Maghreb arabe (IFID) de Tunis et mère de deux enfants.

Son ascension fulgurante, dans un secteur encore largement dominé par des hommes, lui a permis d’être la seule Algérienne à intégrer le cercle fermé des 100 femmes les plus puissantes de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), selon le magazine Forbes.

Alors que le pays compte moins de 8 % de femmes chefs d’entreprise, d’après l’association Savoir et vouloir entreprendre (SEVE), Wided Belhouchet assume son rôle de modèle : « Si le fait de me voir à ce poste peut encourager les femmes à aller plus loin, je serai contente d’avoir servi à ça », sourit-elle, enjoignant ses consœurs à faire preuve d’audace. Mais « accéder au sommet de l’échelle exige à la fois confiance en soi et abnégation, prévient-elle. On ne peut prétendre au succès sans changement et prise de risque ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte