Transport maritime

Cameroun : les ambitions à 69 millions d’euros du philippin ICTSI pour Kribi

| Par
Mis à jour le 03 août 2020 à 11h31
Des hommes déchargent un bateau dans le port de Conakry, en mars 2008.

Des hommes déchargent un bateau dans le port de Conakry, en mars 2008. © Jerome Delay/AP/Sipa

Deux ans après la faillite de Necotrans, l’opérateur philippin s’engage à investir 69 millions d’euros, après la signature le 27 juillet de la convention de concession avec le Port autonome de Kribi.

L’opérateur philippin ICTSI, déjà présent à Matadi (RDC) et à Toamasina (Madagascar) et qui a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de 1,49 milliard de dollars (1,33 milliard d’euros) compte investir 45,2 milliards de F CFA (69 millions d’euros) sur les vint-cinq prochaines années sur le terminal polyvalent de Kribi. La signature de la convention de concession entre sa filiale, Kribi Multipurpose Terminal (KMT), et le Port autonome de Kribi (PAK), a eu lieu le 27 juillet, dans la cité balnéaire du sud du Cameroun.

Un épisode qui conclut le chapitre Necotrans, qui avait obtenu en 2015, en partenariat avec le camerounais KPMO, le contrat de concession du port, avant de faire faillite trois ans plus tard. Le gouvernement camerounais avait alors décidé de lancer un nouvel appel à manifestation international, confiant à KPMO le soin d’administrer la plateforme en régie pendant les deux années qu’a duré la procédure.

L’opérateur philippin, dont l’offre avait obtenu en 2015 la 2e place, derrière Necotrans, revient donc sur le devant de la scène, avec une promesse d’investissements qui porteront entre autres sur le matériel de manutention et l’augmentation des capacités d’entreposage. Cela se traduira sur ce dernier point par la construction de deux entrepôts et l’achat de convoyeurs et de silos.

Début des activités en octobre

Ils seront en ligne avec l’extension générale du port qui devrait faire passer la capacité annuelle de trafic du terminal polyvalent de 1,2 million de tonnes actuelles à 4 à 5 millions de tonnes dans les prochaines années. Cette phase d’extension, évaluée à 400 milliards de F CFA, est financée à 85 % par China Eximbank, et réalisée par le chinois CHEC.


>>> À lire sur Jeune Afrique Business+ : Kathy Magne installe le philippin ICTSI à Kribi


Pour s’installer à Kribi, le groupe asiatique va débourser 32,8 milliards de F CFA au titre du ticket d’entrée. Et son modèle économique devrait lui permettre de dégager un bénéfice net moyen après impôts de 13 millions d’euros.

Les activités de KMT débuteront au début d’octobre, le temps d’assurer une transition avec le consortium local KPMO. Ce dernier est intéressé par les 25 % des parts du concessionnaire qui reviennent aux investisseurs camerounais. « Les négociations avec ICTSI se poursuivent sous la houlette du PAK », glisse sans plus de précision un membre de KPMO.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte