Dossier

Cet article est issu du dossier «[Classement] Les 100 Africains les plus influents en 2020»

Voir tout le sommaire
Société

[Classement] Les 100 Africains les plus influents : le Top 25

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 07 août 2020 à 12h16
LES100_1-25

LES100_1-25 ©

Dirigeants de grandes entreprises, sportifs, artistes en vue, scientifiques ou politiques : qui sont les 100 personnalités africaines incontournables en cette année 2020 ? Jeune Afrique vous livre la publication de son classement annuel, en commençant par le premier quart du palmarès.

Aucun doute : on joue ici en première division. Des patrons, oui, mais les plus riches, les plus puissants. Des chanteurs, mais de ceux qui collectionnent les disques de platine et les millions de vues sur YouTube.

Des footballeurs évoluant dans les plus grands clubs du monde, des dirigeants de grandes institutions internationales et, tout en haut du classement, celui qui restera, pensons-nous à JA, comme la personnalité africaine de cette année 2020 marquée par un péril inédit : Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’homme qui a dû faire face à la pandémie de Covid-19.

25 – Oby Ezekwesili (Nigeria)

Obiageli Ezekwesili lors d’une manifestation « Bring Back Our Girls », à Abuja, le 23 juin 2014.

Obiageli Ezekwesili lors d’une manifestation « Bring Back Our Girls », à Abuja, le 23 juin 2014. © REUTERS/Afolabi Sotunde

Le 16 avril, dans une tribune publiée dans le Washington Post, Oby Ezekwesili appelle les autorités africaines à exiger des compensations financières de la Chine en raison des dégâts causés par la pandémie de coronavirus.

Auparavant, l’ancienne ministre nigériane des Extractions minières avait participé au lancement du mouvement Bring Back Our Girls, après que 276 lycéennes avaient été enlevées en 2014 dans la ville de Chibok par Boko Haram.

Deux ans plus tard, elle participe à une discussion entre une délégation de parents des lycéennes et le nouveau chef de l’État, Muhammadu Buhari. Après des négociations entre le pouvoir nigérian et l’organisation terroriste, 21 puis 82 lycéennes sont libérées quelques mois plus tard. Oby Ezekwesili est également la cofondatrice de Transparency International, une organisation qui lutte contre la corruption étatique et institutionnelle.

24 – Yemi Alade (Nigeria)

Détail de la pochette de l'album "Black Magic" de Yemi Alade (Effyzzie Music, 9,99 euros).

Détail de la pochette de l'album "Black Magic" de Yemi Alade (Effyzzie Music, 9,99 euros). © DR

À la recherche de son Johnny, Yemi Alade acquiert une notoriété internationale en 2013 avec ce tube qui a rencontré un immense succès, jusqu’au Royaume-Uni. Depuis, la chanteuse nigériane a sorti trois albums, dont Woman of Steel, sorti en août 2019. Dans cet opus, elle explore des sujets sociopolitiques ou évoque la pauvreté, en collaborant notamment avec Angélique Kidjo et Rick Ross. Sa musique mêle R’n’B et afrobeat.

D’ailleurs, l’artiste prône l’expansion des sonorités africaines vers les autres continents. « Le monde nous écoute et nous regarde maintenant tout en essayant d’intégrer le mouvement », soulignait-elle dans une interview accordée à la BBC en janvier. Le 29 mai, la chanteuse a diffusé sur YouTube la chanson Boyz, premier titre d’un album à venir dont la date de sortie n’a pas encore été communiquée.

23 – Donald Kaberuka (Rwanda)

Le CV de cet économiste de 68 ans est impressionnant. Ministre des Finances et de la Planification économique du Rwanda entre 1997 et 2005, il a été l’un des artisans de la reconstruction du pays. Puis sont venues les années BAD. De 2005 à 2015, il dirige la Banque africaine de développement avec une priorité en tête : en faire le principal organisme de financement du développement sur le continent. Ce que la banque deviendra effectivement, notamment en 2009, où elle accorde pour 8,8 milliards d’euros de prêts et de dons.

Depuis qu’il a cédé la place à Akinwumi Adesina, Donald Kaberuka multiplie les missions et cumule les postes à responsabilité. On le retrouve représentant des intérêts du Qatar en Afrique, puis à la tête du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, où son expérience et son carnet d’adresses font merveille.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte