Dossier

Cet article est issu du dossier «[Classement] Les 100 Africains les plus influents en 2020»

Voir tout le sommaire
Société

[Classement] Les 100 Africains les plus influents : de 76 à 100

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 07 août 2020 à 19h03
LES100_76-100

LES100_76-100 ©

Dirigeants de grandes entreprises, sportifs, artistes en vue, scientifiques ou politiques : qui sont les 100 personnalités africaines incontournables en cette année 2020 ? Jeune Afrique vous dévoile le dernier quart de son palmarès (de la 76e à la 100e place).

Beaucoup de nouveaux noms ayant émergé avec l’actualité récente se retrouvent dans ce segment, comme le patron de la compagnie pétrolière libyenne, Moustapha Sanalla, la jeune activiste ougandaise considérée comme la « Greta Thunberg africaine », Vanessa Nakate, ou encore l’entraîneur de l’équipe algérienne de football, gagnante de la CAN 2019, Djamel Belmadi.

Et parce sa notoriété et son influence restent réelles malgré ses déboires, on trouve à la 100e et dernière place une Africaine puissante mais aujourd’hui reléguée dans la rubrique judiciaire des journaux : Isabel Dos Santos.

100- Isabel dos Santos (Angola)

Isabel dos Santos, le 15 mars 2019.
Unitel Angola/AP/SIPA

Ébranlée depuis l’arrivée au pouvoir en 2017 du nouvel homme fort de l’Angola, João Lourenço, la fille de l’ancien président José Eduardo dos Santos a encaissé deux coups durs à quelques semaines d’intervalle. Après le gel préventif de ses avoirs en Angola (puis au Portugal), décrété à la fin de 2019, Isabel dos Santos, visée par des enquêtes pour détournement de fonds publics, a été mondialement exposée au début de 2020 par les Luanda Leaks, qui ont révélé l’opacité de son empire financier.

Depuis, la « princesse », dont la fortune est estimée à 1,7 milliard de dollars, rend coup pour coup : tweets critiquant l’administration Lourenço, mobilisation de grands cabinets d’avocats pour récupérer ses actifs, recours à l’agence de communication offensive Powerscourt pour dénoncer une justice angolaise aux ordres du pouvoir politique. Et rien ne détournera Isabel dos Santos de sa croisade pour défendre son nom et son statut.

99- Imane Ayissi ( Cameroun)

Défilé Imane Ayissi, à la Fondation Mona Bismarck, Paris le 2 juillet 2018.
Camille Millerand pour JA

C’est après une carrière de danseur au sein du Ballet national du Cameroun qu’Imane Ayissi, 52 ans, s’investit dans la mode. D’abord styliste pour le plus grand atelier de fabrication du pays, il s’installe à Paris au début des années 1990 et entame une carrière de mannequin pour Lanvin, Dior ou encore Valentino.

C’est à cette époque qu’il se recentre sur le stylisme, s’inspirant des cultures du continent pour concevoir ses collections. En janvier, il est devenu le premier styliste subsaharien à présenter ses créations à Paris lors de la Semaine de la haute couture.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte