BTP & Infrastructures

[Tribune] Les bonnes (et les mauvaises) surprises de la crise du Covid-19 en Afrique

|

Par  Romain Py

Responsable des investissements chez African Infrastructure Investment Managers

Aménagement autoroutier autour du pont de Radès sur la voie Tunis la Goulette

Aménagement autoroutier autour du pont de Radès sur la voie Tunis la Goulette © Nicolas Fauqué/www.imagesdetunisie.com

Alors que la crise sanitaire a accentué nombre de difficultés économiques sur le continent, certains secteurs tels le numérique et l’énergie pourraient constituer une réponse positive à la situation.

L’image de la mer qui se retire n’est pas seulement une métaphore poétique, c’est aussi une parabole utilisée par les économistes pour évoquer l’immense découvert, au propre comme au figuré, provoqué par une crise. Le milliardaire américain Warren Buffett proférait ainsi : « C’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus » pour mettre en garde les preneurs de risques excessifs, les tacticiens de l’instant, balayés par un retournement de conjoncture.

Pour l’Afrique, la crise du Covid-19 vient accroître des difficultés déjà importantes : une dette excédant 50 % du PIB et des budgets subissant les conséquences du défi sécuritaire et du changement climatique. À cela s’ajoute désormais une chute brutale des recettes budgétaires face à des dépenses accrues pour lutter contre la pandémie et la crise socio-économique qui en résulte.

Les mesures adoptées pour les États africains se résument principalement à des allègements de dette ou à des moratoires sur le service de la dette publique bilatérale. En dehors d’une marge de manœuvre budgétaire immédiate, ces mesures n’apportent pas de solutions structurelles aux difficultés des États, et présentent des inconvénients importants. Selon le ministre béninois de l’Économie et des Finances, Romuald Wadagni, « un allègement de la dette ou un moratoire ternira davantage l’image des États, notamment la perception de leur qualité de crédit, et compromettra leur accès aux financements futurs ».

Éléphants blancs et infrastructures mal dimensionnées

Les institutions multilatérales et les banques de développement devraient au contraire mettre à profit leur qualité de crédit (et leur accès aux financements à taux presque nul) pour relancer des économies africaines via des financements concessionnels. Grâce à cette liquidité nouvelle, les gouvernements africains pourraient se concentrer sur la protection des populations les plus fragiles, soutenir leur secteur privé et limiter l’impact économique de la crise. Mais, en retour, ils devront rendre des comptes, faire preuve de plus de transparence, publier des prévisions fiables, mettre en place des réformes fiscales et économiques.

il existe peu de projets d’infrastructure prêts à démarrer comme les partenariats public-privé des réseaux routiers d’Accra-Tema au Ghana et de Nairobi-Nakuru au Kenya

La mer, en se retirant, a aussi révélé quelques récifs, éléphants blancs ou infrastructures mal dimensionnées, qui vont laisser un goût amer aux populations. Cette mauvaise gestion des ressources budgétaires s’est notamment traduite par un sous-investissement dans le système de santé – en moyenne près de 5 % du PIB en Afrique subsaharienne, soit moitié moins que la moyenne mondiale.

Malgré les réformes et la préparation de certains pays (planification à long terme, cadre réglementaire accueillant pour les investisseurs, administrations motivées et compétentes), il existe peu de projets d’infrastructure prêts à démarrer comme les partenariats public-privé des réseaux routiers d’Accra-Tema au Ghana et de Nairobi-Nakuru au Kenya. L’improvisation (souvent des vieux projets ressortis des tiroirs et inadaptés aux réalités d’aujourd’hui) reste un réflexe généralisé.

Les fonds d’infrastructure tirent parti de la crise

La pandémie a aussi agi comme une sonnette d’alarme pour trouver de meilleurs moyens de financer le déficit d’infrastructures du continent. Les fonds d’infrastructure, qui ont une philosophie d’investissement à long terme, en ressortent comme les grands gagnants. Leur discipline d’analyse et la nécessité de penser et de planifier à l’avance leur ont permis de structurer des investissements résilients, qui ont joué un rôle clé durant cette période difficile.

Le domaine de l’énergie distribuée et des systèmes solaires domestiques notamment ont tiré parti de technologies telles que les paiements mobiles

Pour les actifs de transport en particulier, les structures de « financement de projets » ont prévu une liquidité adéquate (environ six mois en moyenne). Parmi les décombres, il arrive aussi que la mer dévoile des perles comme le secteur numérique, qui se porte bien avec un certain nombre de transactions en cours dans la fibre optique et les datacenters. Mais le retrait de la mer a surtout révélé un certain nombre d’industries en souffrance, notamment les pétrolières, les services et la grande distribution.

Un autre trésor déterré par la pandémie, celui du secteur de la transition énergétique. Le domaine de l’énergie distribuée et des systèmes solaires domestiques notamment ont tiré parti de technologies telles que les paiements mobiles et la baisse des coûts des batteries.

Par exemple, AIIM a investi avec BBOXX dans une plateforme, qui fournit des systèmes solaires domestiques pour les personnes vivant en zones rurales ou périurbaines et qui ne sont pas connectées au réseau électrique au Kenya, au Rwanda et en RDC. L’énergie produite est beaucoup moins chère que le coût de raccordement au réseau et répond parfaitement aux exigences des consommateurs en termes de puissance. Les volumes ont fortement augmenté dernièrement car chacun souhaite s’assurer d’obtenir assez d’énergie pour alimenter téléviseurs, téléphones, radios et réfrigérateurs et pour garder leurs maisons éclairées.

C’est dans le secteur de l’énergie que l’Afrique montre ses capacités à sauter le pas et à procurer une énergie fiable, bon marché et propre à plus de 600 millions de personnes qui n’ont toujours pas accès à l’électricité.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte