Politique

Moustapha Cissé Lô, l’ex-pistolero de Macky Sall qui s’est tiré une balle dans le pied

Réservé aux abonnés | | Par
Le Sénégalais Moustapha Cissé Lô a été exclu le 6 juillet de l'APR, la formation politique fondée par le président Macky Sall.

Le Sénégalais Moustapha Cissé Lô a été exclu le 6 juillet de l'APR, la formation politique fondée par le président Macky Sall. © MOHAMED DRISSI KAMILI

L’agitateur en chef de la majorité, ancien conseiller de Macky Sall, a été exclu du parti présidentiel début juillet après avoir ciblé des proches du pouvoir. Portrait d’un sniper en rupture de ban.

« Bonjour. Je ne souhaite pas parler de ce personnage grossier. » Écrire sur Moustapha Cissé Lô, c’est s’exposer à quelques réticences au sein des mondes politique et médiatique sénégalais. Même de la part de ceux qui assurent pourtant ne pas avoir de griefs particuliers contre lui. Surnommé « El Pistolero » parce qu’il a la gâchette facile, au sens propre comme au figuré, l’homme est une personnalité clivante.

L’homme à abattre

Passé par le Parti socialiste puis par le Parti démocratique sénégalais (PDS) d’Abdoulaye Wade, ce natif de Louga, âgé de 66 ans, est ensuite devenu un allié indéfectible du président Macky Sall… avant de devenir l’homme à abattre au sein du parti présidentiel.

S’il ne s’est jamais distingué par sa discrétion, il a cette fois – de l’avis de son parti – dépassé les bornes. Début juillet, des conversations audio dans lesquelles il accuse l’entourage du chef de l’État de détournements de deniers publics font le tour du web. Cissé Lô pointe du doigt des proches du pouvoir qui profiteraient de manière abusive de la distribution de semences, critique l’attribution de certains contrats publics, évoque même la question du narco-trafic, parle d’une « Guinée-Bissau drogue Connection ».

Dans son viseur, le directeur général du quotidien national Le Soleil, Yakham Mbaye, le député Farba Ngom ou encore l’entourage du parlementaire Aymérou Gningue. Ces accusations lui vaudront une plainte et une convocation par les enquêteurs de la Brigade de recherches. Sur le plan politique, il est exclu de l’Alliance pour la République (APR, le parti présidentiel) et du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar (BBY).

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte