Diplomatie

Mali : Ouattara, Sall, Issoufou et Akufo-Addo attendus à Bamako pour une mission de médiation

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 20 juillet 2020 à 18h02
Le président ivoirien Alassane Ouattara et son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, le 10 mai 2018 à Abidjan (archive).

Le président ivoirien Alassane Ouattara et son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, le 10 mai 2018 à Abidjan (archive). © SIA KAMBOU / AFP

Les quatre présidents ouest-africains doivent se rendre le 23 juillet au Mali pour tenter de trouver une issue à la crise socio-politique. 

Selon nos informations, Alassane Ouattara, Macky Sall, Mahamadou Issoufou et Nana Akufo-Addo sont attendus le 23 juillet à Bamako pour rencontrer Ibrahim Boubacar Keïta (“IBK”) et les leaders du Mouvement du 5-Juin (M5-RFP), l’alliance de forces d’opposition qui réclame la démission du président depuis plusieurs semaines.

Ligne rouge

Cette médiation de haut-niveau reprendra la feuille de sortie de crise proposée par la mission de la Cedeao menée par l’ex-président nigérian Goodluck Jonathan, qui s’est rendue à Bamako du 16 au 19 juillet.

Faisant du maintien d’IBK dans ses fonctions de président une ligne rouge « non-négociable », cette mission a également proposé une reconstitution de la Cour constitutionnelle, la résolution du contentieux électoral concernant une trentaine de sièges de députés, et la formation d’un gouvernement d’union nationale – dont 50% des membres proviendront de la coalition au pouvoir, 30% de l’opposition, et 20% de la société civile.

Désobéissance civile

Le M5-RFP a rapidement refusé ces propositions et estimé qu’elles « ne correspondent absolument pas aux aspirations et attentes exprimées par le M5-RFP et portées par l’écrasante majorité du peuple malien ». Il a ensuite réitéré son appel à la désobéissance civile.

Parmi les points qui devraient être évoqués par les quatre chefs d’État médiateurs avec leur homologue Ibrahim Boubacar Keïta, figure l’identité d’un éventuel futur Premier ministre pour remplacer Boubou Cissé et diriger ce gouvernement d’union nationale.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte