Politique

Malawi : Lazarus Chakwera, le président miraculé

Réservé aux abonnés | | Par
Lazarus Chakwera, président du Malawi, lors de sa prestation de serment Lilongwe, le 28 juin 2020.

Lazarus Chakwera, président du Malawi, lors de sa prestation de serment Lilongwe, le 28 juin 2020. © Thoko Chikondi/AP/SIPA

Nouvellement élu à la tête du Malawi, après avoir réussi à faire annuler le précédent scrutin, l’ancien pasteur évangélique se pose en champion de la démocratie. Un scénario inédit qui suscite l’espoir sur le continent.

« Jésus cria d’une voix forte : “Lazare, sors !” Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d’un linge. Jésus leur dit : “Déliez-le, et laissez-le aller.” » Et c’est ainsi que Lazare, mort depuis quatre jours, fut ramené à la vie. Ce passage de l’Évangile selon saint Jean, Lazarus Chakwera le connaît depuis l’enfance, lui, l’ancien pasteur évangélique dont la naissance suivit le décès de deux frères, qui fut déclaré perdant puis vainqueur de l’élection présidentielle du Malawi.

Est-il, à 65 ans, promis à la résurrection ? En mai 2019, Lazarus Chakwera avait rejeté les résultats officiels qui, avec à peine 160 000 voix d’écart, donnaient la victoire au président sortant, Peter Mutharika. Neuf mois plus tard, il parvenait à faire annuler le scrutin en raison de « fraudes massives ». Le 23 juin, il a finalement pu prendre sa revanche en remportant 58,57 % des suffrages au terme d’une séquence inédite en Afrique subsaharienne – seul le Kenya avait jusqu’alors connu une élection ainsi rejouée, en 2017, mais sans changement d’issue.

Investi le 6 juillet dernier, le nouveau chef de l’État n’a pas manqué de rappeler le défi qu’avait constitué cette réussite. « Nous ne serions pas là aujourd’hui sans le courage des cinq juges de la Cour constitutionnelle, qui ont fait leur travail en dépit des tentatives de corruption, [ni] sans le courage de la Cour suprême, qui a confirmé leur verdict », a-t-il déclaré. Une victoire des magistrats qui précède celle des urnes, voilà qui a de quoi faire rêver tous ces opposants candidats dont les recours n’ont jamais mené à une invalidation des résultats.

Changer les règles du jeu

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte