Justice

Congo : Christian-Roger Okemba, l’ex-maire de Brazzaville, condamné à cinq ans de prison

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 20 juillet 2020 à 09h43
Une vue de Brazzaville, en 2016 (illustration).

Une vue de Brazzaville, en 2016 (illustration). © Baudouin Mouanda pour JA.

La justice congolaise a condamné samedi l’ancien Maire de Brazzaville Christian Roger Okemba, 60 ans, à cinq ans de réclusion criminelle pour « détournements de deniers publics ».

« Christian-Roger Okemba est reconnu coupable des faits de détournements des deniers publics (…). Il est condamné à cinq ans de réclusion criminelle », a déclaré Christian Oba, président de la cour criminelle de Brazzaville. « Son épouse, Anastasie Eléonore Okemba, est condamnée à trois ans d’emprisonnement avec sursis », a-t-il ajouté.

Vers un pourvoi en cassation

Tous deux doivent en outre payer à la mairie de Brazzaville une amende de 200 millions de FCFA (plus de 304 000 euros). Six autres coaccusés de complicité, dont Nicolas Okandzi, ancien directeur général du budget, ont été acquittés. Me Thomas Djolani, avocat de la défense, a indiqué qu’il allait introduire un pourvoi en cassation.

Christian-Roger Okemba avait été accusé en février par les élus municipaux d’avoir viré sur un compte privé une somme de 1,2 milliard de FCFA (plus de 1,9 million d’euros) destinée à la municipalité.

Enseignant en sciences politiques à l’université publique de Brazzaville, Christian-Roger Okemba, originaire de la Cuvette (nord) comme le président Denis Sassou Nguesso, avait été élu maire de Brazzaville en 2017. Dieudonné Bantsimba, 63 ans, lui a succédé en mai pour achever son mandat qui court jusqu’en 2022.

Okemba avait remplacé Hugues Ngouélondélé, gendre de Denis Sassou Nguesso qui a dirigé la municipalité pendant 15 ans et est actuellement ministre des Sports. Pays pétrolier d’Afrique centrale très endetté, le Congo-Brazzaville a conclu en juillet 2019 un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) qui s’est engagé à débloquer 448,6 millions de dollars sur trois ans pour renflouer l’économie du pays. En échange, le FMI avait demandé au Congo-Brazzaville d’ »améliorer la gouvernance, pour parvenir à plus d’efficacité et de transparence dans la gestion des ressources publiques, spécialement dans le secteur pétrolier ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte