Politique

Algérie : pourquoi les anciens Premiers ministres Sellal et Ouyahia sont hospitalisés

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 20 juillet 2020 à 10h59
Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, en mars 2016, à Alger.

Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, en mars 2016, à Alger. © Farouk Batiche / AFP

Incarcérés depuis juin 2019, les deux anciens Premiers ministres algériens souffrent du coronavirus.

Condamné le 15 juillet à une nouvelle peine de dix ans de prison dans l’affaire Mahieddine Tahkout, l’ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal n’était pas présent à l’énoncé du verdict. Le procureur a justifié son absence par son hospitalisation.

Transféré à la fin du mois de mai à la prison de Koléa, où il occupe une cellule individuelle mitoyenne à celle de l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, il a en effet admis dans la soirée du 9 juillet à l’hôpital Mustapha-Pacha après avoir fait un malaise.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte