Transport aérien

L’Afrique du Sud va-t-elle desserrer les cordons de la bourse pour sauver SAA ?

| Par
Mis à jour le 16 juillet 2020 à 09h34
Un Airbus A330 de la compagnie South African Airways dans le ciel britannique, en août 2019.

Un Airbus A330 de la compagnie South African Airways dans le ciel britannique, en août 2019. © Thomas Naas / Flickr / CC

South African Airways (SAA) a besoin de l’aval du Trésor pour assurer le financement de son plan de sauvetage.

L’équipe chargée du sauvetage de South African Airways attend une lettre d’engagement du Département des Entreprises publiques (DPE) après que les créanciers ont voté en faveur du plan de sauvetage du transporteur national mardi 14 juillet.

Cette lettre nécessite l’accord du Trésor sud-africain. Le DPE relève du ministre des Entreprises publiques, Pravin Gordhan, tandis que le ministère des Finances est piloté par Tito Mboweni.

« Ce document doit arriver [ce mercredi]. Nous sommes soulagés que les premières phases du plan soient approuvés, a déclaré Louise Brugman, la porte-parole des administrateurs (BRPs) de la compagnie sud-africaine à nos confrères de The Africa Report. Mais, bien sûr, tout dépend du financement. Nous attendons donc avec impatience de recevoir la lettre ».

Et de préciser : « nous souhaitons leur engagement vis-à-vis du financement. Ils ont indiqué, pour l’heure, leur soutien ».

Un plan de licenciement prévu

Louise Brugman, qui a assisté à la réunion virtuelle, a eu le sentiment que la plupart des décisions importantes avaient déjà été prises et que la plupart des positions étaient connues. « La réunion a été ajournée la dernière fois afin que les parties prenantes concernées puissent fournir des informations complémentaires au sujet du plan. Dans les amendements, un plan de licenciement qui concerne un millier de personnes environ, a été déterminé », a-t-elle expliqué.

« Le directeur général par intérim du DPE est intervenu et a expliqué pourquoi son département a soutenu le plan et a détaillé le processus de financement », a ajouté Brugman.

En route vers la restructuration ?

Au total, 86 % des créanciers de la compagnie aérienne phare ont voté pour la mise en œuvre du plan. Et le DPE, représentant des actionnaires du gouvernement sud-africain propriétaire du transporteur, a salué cette évolution.

Le directeur commercial de South African Airways, ancien de l’Association internationale du transport aérien (Iata), Philip Saunders a été nommé PDG par intérim de la compagnie aérienne. Un conseil d’administration provisoire sera mis en place, puis une équipe de gestion temporaire chargée de restructurer SAA sera constituée.

Nous pensons que la restructuration proposée pour SAA est fondamentale

Le conseil d’administration par intérim doit être annoncé dans les prochains jours, a précisé le directeur général par intérim du DPE, Kgathatso Tlhakudi.

« Nous pensons que la restructuration proposée pour SAA est fondamentale et créera une base solide pour l’émergence d’une compagnie aérienne nationale compétitive, viable et durable pour l’Afrique du Sud », a déclaré Tlhakudi lors de la réunion virtuelle.

Étape finale du financement

« Le Cabinet a exprimé son soutien à l’effort concerté pour mobiliser des fonds auprès de diverses sources pour financer le plan de sauvetage de l’entreprise, y compris auprès de partenaires potentiels de la nouvelle compagnie aérienne », a ajouté Tlhakudi.

Le Trésor national, dont l’accord est requis, est quant à lui resté silencieux. Au mois de juin, le budget ajusté du ministre des Finances Tito Mboweni ne s’était également pas prononcé au sujet de SSA.

Cependant, le président Cyril Ramaphosa et le Congrès national africain (ANC) au pouvoir n’ont pas caché qu’un transporteur phare est un impératif national. Le Parti communiste sud-africain (SACP), allié de l’ANC et ardent défenseur de Pravin Gordhan, a salué mardi les derniers développements au sein de South African Airways. La SACP a ainsi déclaré que l’issue favorable du vote des créanciers « avait infligé un revers » aux opposants qualifiés de « non patriotiques ».

L’attention va maintenant se tourner vers le DPE et le Trésor sud-africain pour savoir si les deux respecteront l’échéance de ce mercredi de fournir des engagements écrits pour le financement du plan de sauvetage de la SAA.

Cet article est initialement paru chez nos confrères de The Africa Report

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte