Dossier

Cet article est issu du dossier «Ces cuisiniers qui régalent les puissants»

Voir tout le sommaire
Gastronomie

Maroc : Rahal, un maître-traiteur au service du royaume (1/4)

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 01 août 2020 à 17h40
Le nom du maître-traiteur Rahal est devenu synonyme de la gastronomie marocaine la plus raffinée.

Le nom du maître-traiteur Rahal est devenu synonyme de la gastronomie marocaine la plus raffinée. © Mustapha Errami

« Ces cuisiniers qui régalent les puissants » (1/4) – Félicité par Mohammed V, adoubé par Hassan II, le maître-traiteur Rahal continue de servir sous Mohammed VI. Et s’est même installé comme le premier ambassadeur gastronomique du royaume. Un atout diplomatique loin d’être négligeable.

C’est l’histoire du berger qui a fini par décrocher la lune. Rahal Essoulami, premier du nom, quitte son patelin de la région de Marrakech à l’âge de 8 ans pour travailler dans une pâtisserie de Casablanca. Son sens inné des affaires l’incite plus tard à se mettre à son propre compte.

« Il a investi dans un magasin-four d’environ 1 m², dans l’ancienne médina. Il prenait son vélo pour vendre des sandwichs, entre autres, à la sortie des cinémas », témoigne son fils Abdelkrim, aujourd’hui à la tête d’un groupe employant 3 800 personnes et comptant de prestigieux partenaires internationaux comme le français Newrest ou l’américain Del Monte Foods.

Gastronomie raffinée

Mais le nom du maître-traiteur Rahal est surtout devenu synonyme de la gastronomie marocaine la plus raffinée. Une réputation taillée au fil des décennies et souvent récompensée par une reconnaissance ou une décoration royales.

Sois un des hommes qui font ce pays », lui lance Mohammed V

Déjà, en 1956, alors que le Maroc accède à peine à son indépendance, le sultan Mohammed Ben Youssef – le roi Mohammed V – découvre, à l’occasion de la première Foire internationale de Casablanca, le stand de restauration tenu par Rahal. Le souverain lui lance alors : « Sois un des hommes qui font ce pays. »

Fourneaux royaux

Une dizaine d’années plus tard, Rahal est reçu, avec son fils aîné Abdelkrim, par le défunt Hassan II, qui lui ouvre les très secrets fourneaux royaux : « On m’a dit que vous faisiez du bon travail. Si vous voulez apprendre encore, ma cuisine est à votre disposition », invite le monarque.

Mohammed VI, de son côté, a fait d’Abdelkrim Rahal l’unique Marocain décoré de ses mains à l’étranger. Le 14 mars 2008, le roi le reçoit à Dakar aux côtés du président sénégalais Abdoulaye Wade pour lui remettre le Wissam al-Arch. C’est que maître Rahal a fait se pâmer de plaisir les quelque 37 chefs d’État ayant participé à la onzième session de l’Organisation de la conférence islamique (OCI).

« Je suis sans doute le Marocain le plus décoré au monde », confie Abdelkrim Rahal, qui ne compte plus les grands événements ni les palais présidentiels où il a déjà travaillé avec ses équipes.

Le défi le plus fou ? Une réception de 20 000 personnes pour Kadhafi dans le désert de Tombouctou

Car au-delà d’une qualité de service de standing royal et de sa maîtrise de la finesse de la gastronomie marocaine, ce sont aussi ses capacités logistiques qui font la force du groupe. « Le défi le plus fou a été d’organiser en une semaine, pour le compte de Kadhafi, une réception de 20 000 personnes dans le désert de Tombouctou où il n’y avait ni eau, ni électricité », raconte Abdelkrim Rahal.

Seul fournisseur de l’ONU en Afrique

« En matière de logistique, il n’y a que les services de certaines forces armées qui peuvent rivaliser avec nous. Nous sommes le seul traiteur au monde à disposer de toutes les certifications nécessaires. Nous sommes d’ailleurs le seul fournisseur de l’ONU en Afrique, car nous respectons toutes les normes exigées », poursuit le PDG, qui nourrit de grandes ambitions dans le continent à travers des projets innovants dans l’agriculture ou dans la création d’une chaîne de service traiteur.

Néanmoins, c’est la franchise de premier ambassadeur de la gastronomie marocaine que le groupe Rahal tient à préserver et à conserver avant tout, quitte à décliner des propositions en raison de considérations patriotiques. En 2016, alors qu’une tempête de sable perturbe les relations entre Rabat et Nouakchott, le traiteur renonce à participer au sommet arabe qui se tient alors en Mauritanie.

En 2018, le ton diplomatique s’étant relativement apaisé entre les deux pays, Rahal accepte d’installer ses fourneaux à Nouakchott, à l’occasion du sommet de l’UA. Un exemple du goût sucré-salé de la pastilla diplomatique.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte