Politique

Qui est la Franco-Marocaine Nadia Hai, nouvelle ministre française de la Ville ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 03 août 2020 à 15h30
Nadia Hai, ministre déléguée a la Ville, à la sortie du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement

Nadia Hai, ministre déléguée a la Ville, à la sortie du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement © HAMILTON/REA

Élue députée en 2017, pilier du groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale, Nadia Hai vient d’entrer dans le nouveau gouvernement français. Portrait.

fÀ l’annonce du nouveau gouvernement français dirigé par Jean Castex, plusieurs noms ont créé la surprise. Dont celui de Nadia Hai, ministre déléguée à la Ville. « Personne ne s’attendait à sa nomination. Non qu’elle n’ait pas la compétence nécessaire pour occuper le poste mais une telle ascension politique est très rare », nous déclare un ami de celle qui succède à Julien Denormandie, nommé ministre de l’Agriculture.

Son pedigree ? Ancienne banquière, passée par HSBC et Barclays, la Franco-Marocaine de 40 ans, née à Trappes, dans la banlieue parisienne, a fait son entrée en politique en 2017 sous les couleurs macronistes.

Étoile montante de LREM

Elle est alors élue députée LREM dans la 11e circonscription des Yvelines, après avoir battu Benoît Hamon dans son propre fief. « Battre un ancien candidat à l’élection présidentielle et apporter une circonscription à LREM, ce n’est pas rien. Il n’y en a pas beaucoup qui peuvent se targuer d’une telle prouesse. Nadia est une Ferrari », témoigne le député M’jid El Guerrab.

« Elle est brillante, elle a été un des piliers de la commission des finances et, à ce titre, elle a beaucoup travaillé sur le plan de relance pour les entreprises, ce que peu de gens savent. Je faisais d’ailleurs partie du groupe de travail qu’elle pilotait, poursuit-il. Le président de la République et le Premier ministre ont estimé qu’elle serait utile eu égard à son expérience. Elle sera parfaite. »

Même son de cloche du côté du député LREM Mustapha Laabid : « Elle était très impliquée sur la question de la politique de la ville. Et elle était au centre de tous les échanges avec le ministre sur la question. Aucune surprise là-dessus, elle a l’expertise et la compétence pour porter cette mission. »

« Je l’ai connue au lendemain de notre élection en tant que députés, se souvient-il. Je me suis tout de suite inscrit, comme elle, dans le groupe de travail « villes et banlieues » et dans la délégation aux droits des femmes. J’ai appris à la connaître de par nos appétences communes ».

Attachée au Maroc

Les deux édiles ne tarissent pas d’éloges sur la nouvelle locataire du département de la Ville. En tant que Franco-Marocains, tous trois ont œuvré ensemble à donner un coup d’accélérateur au groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale – dont Nadia Hai était la vice-présidente et dont Mustapha Laabid est le président.

« Elle a un attachement très fort pour le Maroc, en particulier sa région [l’Oriental] », affirme ce dernier. Au sein du groupe, la ministre était notamment en charge de la question du développement économique au Maroc. « Elle était présente à chaque déplacement avec moi pour discuter avec les parlementaires, les ministres ou la société civile au Maroc. Elle était très investie sur cette question », témoigne le député LREM.

Il y a une histoire commune entre les deux pays que beaucoup de députés essayent d’entretenir. »

En tant que députée, l’étoile montante de LREM a également participé ces dernières années aux plus grands événements associant la France et le royaume. « Il y a une histoire commune entre les deux pays que beaucoup de députés essayent d’entretenir et des liens très forts, notamment entre les services de sécurité », déclarait Nadia Hai à Jeune Afrique en août 2018.

Quelques mois après son élection, la vice-présidente de la commission France-Maroc avait accompagné l’ancien Premier ministre Édouard Philippe lors sa première visite officielle dans le royaume en 2017. « Elle s’est distinguée lors de cette visite, que ce soit lors des rencontres politiques ou du forum économique France-Maroc. Très vite, elle a voulu orienter le groupe d’amitié vers la diplomatie économique mais également territoriale. C’était un élément moteur du groupe d’amitié », explique le communicant marocain Omar Alaoui, qui était présent.

Proche du Cercle Eugène-Delacroix, qui rassemble des élus français d’origine marocaine, Hai y a côtoyé plusieurs personnalités de premier plan, comme Miriem Bensalah-Chaqroun, alors présidente du patronat marocain, « avec qui elle a de très bons rapports », nous confie un lobbyiste.

« Fidèle à elle-même »

Et de préciser que la nouvelle ministre « est loin de faire de la diplomatie ‘couscous’, une diplomatie de la figuration » : « Elle travaillait sur de vrais dossiers. Elle a voulu, avec Mustapha Laabid, structurer le groupe pour l’ouvrir à d’autres interlocuteurs – notamment les organisations patronales – afin de défendre l’économie, les territoires, les régions… Elle avait une autre approche que ce qui se fait d’ordinaire, elle ne voyait pas ce groupe d’amitié comme un club fermé de l’entre-soi parlementaire ».

Fille d’un ouvrier et d’une femme au foyer, originaires d’Oujda, Nadia Hai se fraie ainsi, depuis 2017, un chemin au sein du pouvoir en maintenant ses liens avec le Maroc. « Contrairement à beaucoup, dont je tairais les noms, qui essayent d’effacer tout lien avec le Maroc en arrivant au pouvoir, elle ne s’est jamais reniée, je peux vous l’assurer, confie Mjid El Guerrab. Elle a toujours défendu ses idées et elle ne veut pas se peindre en blanc. Elle sait d’où elle vient, elle connait ses origines, ses valeurs, son histoire… »

Le député nous livre même une anecdote : « On parlait parfois en arabe à l’Assemblée nationale. Elle parle mieux que moi la darija [dialecte marocain], confie-t-il, amusé. Elle reste fidèle à elle-même et je suis admiratif car ce n’est pas facile, surtout dans ce milieu où, pour être sélectionné, il faut rentrer dans des moules ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte