Politique

RDC – Néhémie Mwilanya Wilondja : « Nos adversaires manœuvrent pour retarder les élections de 2023 »

Réservé aux abonnés | | Par - à Kinshasa
Mis à jour le 10 juillet 2020 à 12h50
Néhémie Mwilanya Wilondja, directeur de cabinet du président Kabila, lors de la publication de son ouvrage à Kinshasa

Néhémie Mwilanya Wilondja, directeur de cabinet du président Kabila, lors de la publication de son ouvrage à Kinshasa © John Bompengo

Polémique à la Ceni, réforme judiciaire, condamnation de Vital Kamerhe, dissensions avec le Cach de Félix Tshisekedi… Néhémie Mwilanya Wilondja, l’influent coordonnateur du Front commun pour le Congo (FCC), répond en exclusivité aux questions de JA.

Discret dans les médias, Néhémie Mwilanya Wilondja est un homme incontournable à Kinshasa. Devenu coordonnateur du Front commun pour le Congo (FCC), il n’a rien perdu de l’influence et de la froide réserve qui le caractérisaient à l’époque où il était le puissant directeur de cabinet du président Kabila.

Il a néanmoins accepté de se confier à Jeune Afrique pour évoquer les tensions qui secouent la coalition unissant le FCC et Cap pour le changement (Cach, du président Félix Tshisekedi), mais aussi la réforme controversée du système judiciaire, qui a conduit le 27 juin à la brève interpellation du ministre de la Justice, Célestin Tunda Ya Kasende, et surtout la polémique qui entoure le choix du nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Sûr de sa force et de celle du FCC, Néhémie Mwilanya Wilondja n’hésite pas à mettre ses partenaires politiques en garde.

Jeune Afrique : Le 2 juillet, l’Assemblée nationale, au sein de laquelle le FCC est majoritaire, a confirmé Ronsard Malonda à la tête de la commission électorale, mais cela fait toujours débat, compte tenu notamment du rôle que ce dernier a joué lors des scrutins de décembre 2018. Ne fallait-il pas opter pour une personnalité plus consensuelle ?

Néhémie Mwilanya Wilondja : Selon la Constitution, ce sont les confessions religieuses et la société civile qui choisissent le président de la Ceni. Je n’ai donc pas à porter de jugement de valeur sur telle ou telle personne. Pour le reste, je peux comprendre que certains aient des interrogations, mais je ne comprends pas que les forces politiques s’invitent dans un débat qui ne les concerne pas, alors même que jamais elles ne permettraient à la société civile et aux confessions religieuses de se mêler par exemple du choix de leurs représentants au sein de la commission électorale.

Je voudrais mettre en garde ceux qui manœuvrent avec l’objectif non avoué de retarder les scrutins de 2023″

Ne fallait-il pas réformer la Ceni avant de désigner ses membres ?

D’une manière générale, le FCC a toujours dit qu’il fallait réformer ce pays, et cela nous a même été reproché ! En ce qui nous concerne, nous ne ferons jamais obstruction au débat démocratique et je voudrais ici mettre en garde ceux qui manœuvrent avec l’objectif non avoué de retarder les scrutins de 2023.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte