Musique

États-Unis : Kanye West candidat à la présidentielle, coup médiatique ou calcul politique ?

Réservé aux abonnés | | Par
Le rappeur américain Kanye West à Houston, le 17 novembre 2019.

Le rappeur américain Kanye West à Houston, le 17 novembre 2019. © Michael Wyke/AP/SIPA

Alors que la campagne pour la présidentielle américaine a été mise en sourdine par la pandémie, l’annonce du rappeur ressemble plus à une énième façon de faire sa pub qu’à une candidature crédible. À moins que…

Cette campagne présidentielle est peut-être la plus étrange que les États-Unis ont jamais connue. Le candidat démocrate Joe Biden, confiné chez lui pendant de longues semaines, a décidé de n’organiser aucun meeting public afin de ne pas accélérer la propagation du Covid-19, qui fait des ravages dans le pays. Il devance pourtant Donald Trump dans les sondages.

L’artiste le plus mégalo candidat à la Maison-Blanche

Plus surprenant encore, le 5 juillet dernier, le rappeur Kanye West annonçait sa candidature sur Twitter dans un post au ton très solennel : « Nous devons maintenant accomplir la promesse de l’Amérique en plaçant notre confiance en Dieu, en unifiant nos visions et en construisant notre avenir. Je suis candidat à la présidence des États-Unis !  #2020VISION. »

L’artiste le plus mégalo des États-Unis avait déjà moult fois partagé son envie d’être candidat à la Maison-Blanche. Plusieurs de ses titres (« Crack Music », en 2005, « Facts », en 2020…), et interventions publiques, comme aux MTV Video Awards de 2015, y faisaient allusion. En 2018, dans un entretien pour le programme Beats 1 Show d’Apple Music, il confiait aussi clairement : « Le moment viendra où je serai président des États-Unis. »

Riche et populaire

L’annonce sur Twitter, très relayée par les médias, rend-elle plus crédible sa candidature ? À 43 ans, le mari de Kim Kardashian a plusieurs atouts dans sa manche. Il est très riche (1,3 milliard de dollars, soit plus de 1,1 milliard d’euros, selon l’artiste lui-même et le magazine Forbes), extrêmement populaire (29,6 millions d’abonnés sur Twitter) et il est soutenu par des personnalités de poids, comme l’entrepreneur visionnaire Elon Musk. Même Donald Trump a considéré la candidature de West comme « intéressante » dans un tweet… estimant toutefois que l’artiste devrait faire de l’élection de 2024 son véritable objectif.

Le mari de Kim Kardashian est soutenu par Elon Musk

Pourtant, on a du mal à imaginer le milliardaire faire réellement campagne. D’abord parce que ses engagements et ses positions politiques restent flous. Soutien régulier de Trump, capable de qualifier l’esclavage de « choix », il s’est aussi mêlé aux manifestants du mouvement Black Lives Matter.

Ensuite, Donald Trump ayant déjà suffisamment de délégués pour se faire réélire par les Républicains, il faudrait que Kanye West se présente en tant qu’indépendant, ce qui diminue sévèrement ses chances d’accéder à la Maison-Blanche. Jusqu’ici, aucun candidat dans cette situation n’a jamais gagné le scrutin, et pourtant Ross Perot ou Ralph Nader avaient en leur temps d’autres moyens que « Yeezy ».

Ego surdimensionné et bipolarité

Enfin, la personnalité même du chanteur pose problème. « C’est un personnage à l’ego surdimensionné qui souffre d’un trouble de bipolarité, il est totalement incontrôlable », résume Jean-Éric Perrin, auteur de L’Art du rap aux éditions Palette. L’écrivain et journaliste, fin observateur du milieu du rap français et américain, rappelle les prises de position de Kanye West, tout en excès, qui s’est d’abord défini comme « le plus grand artiste de tous les temps », avant de passer par une phase mystique (claironnée dans son album Jesus Is King) et l’organisation de grandes messes ambulantes dans la tradition des Églises baptistes.

« Il est tellement en adoration de lui-même que l’élection peut en effet lui sembler jouable, mais c’est avant tout une nouvelle manière de faire du buzz. On est au niveau de la candidature de Jean-Marie Bigard en France », s’amuse Éric Perrin.

Un buzz qui tombe bien puisque Kanye West a lancé un single, « Wash Us In the Blood », quelques jours avant sa candidature, et annoncé la sortie d’un album, God’s Country.

Kanye West pourrait très bien se retirer au profit de Trump

Cette annonce pourrait pourtant être plus stratégique qu’il ne semble. « Kanye West pourrait très bien se retirer au profit de Trump, et tenter de reporter sur ce dernier les intentions de vote, estime Éric Perrin. En attendant, une chose est sûre, la pandémie a créé un grand vide dans la campagne américaine. Kanye West s’y est engouffré… et les médias se sont précipités à sa suite. »

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte