Économie

OCP doit-il craindre les poursuites engagées aux États-Unis ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 21 mai 2021 à 12:48

Ville-usine du port de Jorf Lasfar © HOC/OCP

Le géant marocain du phosphate est accusé par son concurrent américain, le groupe Mosaic, de vendre des produits « subventionnés ». OCP réplique.

C’est la première fois qu’OCP, qui fête son centenaire cette année, est visé par une telle procédure. L’un de ses principaux concurrents sur le marché mondial des engrais, le groupe américain Mosaic, a annoncé fin juin avoir déposé une double requête, auprès du département du Commerce américain et de la Commission américaine du commerce international, demandant l’ouverture d’une enquête sur les importations marocaines d’engrais phosphatés dans le pays, accusées de concurrence déloyale.

« Mosaic a pris cette mesure parce que d’importants volumes d’importations abusivement subventionnées en provenance du Maroc et de la Russie provoquent des dommages significatifs à nos opérations », a affirmé dans un communiqué le groupe (8,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2019), qui figure dans le top 5 des producteurs mondiaux d’engrais phosphatés avec OCP, deux acteurs chinois (GPCG et YTH) et le russe PhosAgro, lui aussi visé par la procédure.