Culture

« La Revue » : et si Trump perdait la présidentielle de novembre ?

| Par
Une fresque de l’artiste Eme Freethinker représentant Xi Jinping et Donald Trump, à Berlin, en avril 2020.

Une fresque de l’artiste Eme Freethinker représentant Xi Jinping et Donald Trump, à Berlin, en avril 2020. © David Heerde/REX/SIPA

Le numéro 89 de « La Revue » s’intéresse de près à la pandémie de Covid-19 et à ses conséquences dans le monde. A commencer par la possible défaite du président des États-Unis en novembre prochain.

  • À la une : et si Trump perdait en novembre ?

L’aurait-on oublié ? L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, en 2016, fut une énorme surprise. Si l’on se souvient du rapport des forces politiques au début de 2020, sa défaite, en novembre prochain, inéluctable désormais, constituera elle aussi un événement de taille.

La faute au Covid-19, comme le démontre La Revue dans son dernier numéro, qui consacre une bonne partie de sa livraison à la pandémie.

La Une de la Revue, illustrée par un dessin du « New Yorker » du 9 mars 2020.

  • Chine-États-Unis : la nouvelle guerre froide

Pour mieux masquer son incurie, le président américain multiplie les diatribes antichinoises, auxquelles le régime de Xi Jinping répond du tac au tac. La tension est si forte entre les deux pays que l’on peut parler d’une nouvelle « guerre froide ».

  • Afrique : le virus ampute aussi l’argent des diasporas

Nombreuses sont déjà les leçons que l’on peut tirer de cette pandémie à nulle autre pareille, pas tant par le nombre de ses victimes que par la rapidité avec laquelle elle a bouleversé quantité d’équilibres à travers le monde et remis en question bien des certitudes établies.

Contre toute attente, l’Afrique a, jusqu’à présent, contenu l’expansion de la maladie. La Revue explore les différents éléments d’explication. Mais, comme l’explique Alain Faujas, la même Afrique devrait pâtir du tarissement des transferts internationaux. Sans l’argent des migrants, beaucoup de familles vont s’enfoncer dans la pauvreté.

  • Économie : le coronavirus n’arrêtera pas les routes de la soie

En 2013, le président Xi Jinping a lancé le projet le plus emblématique de son « rêve de la grande renaissance de la nation chinoise » : les nouvelles routes de la soie. Pour jalonner d’infrastructures ces voies terrestres ou maritimes, il faudra beaucoup d’argent. Environ 140 pays se sont laissés séduire par le pactole annoncé par Pékin.

  • Tunisie : attelage bringuebalant

À un moment où le pays a plus que jamais besoin de stabilité et de clairvoyance dans la gestion des affaires publiques, l’affrontement entre le chef de l’État et le président islamiste de l’Assemblée des représentants du peuple rythme le quotidien de la vie politique. Combien de temps le gouvernement survivra-t-il à ces dissensions ? demande Radhi Meddeb.

  • Égypte : comment endiguer la crue démographique ?

À rebours d’une évolution quasi universelle, la fécondité est en hausse en Égypte, et la population vient de passer le cap des 100 millions d’habitants. Les difficultés économiques du pays et le chômage qui touche les femmes sont pour beaucoup dans le regain de natalité.

Churchill et Staline au Kremlin

Churchill et Staline au Kremlin © Corbis via Getty Images

  • Archives : Churchill-Staline : honorables correspondants

L’un est aristocrate, l’autre bolchévique. Le Premier ministre britannique et le maître du Kremlin ont tout pour se détester. Mais ils doivent s’entendre. Comme le révèle leur correspondance relue pour La Revue par le général Étienne Copel, la lutte contre Hitler est la priorité absolue des deux hommes.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte