Politique

Cameroun : pourquoi Paul Biya a placé André Magnus Ekoumou à l’ambassade du Cameroun en France

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 06 juillet 2020 à 13h27
Ambassade du Cameroun, Paris.© Vincent Fournier/JA

Ambassade du Cameroun, Paris.© Vincent Fournier/JA © Ambassade du Cameroun, Paris. © Vincent Fournier/JA

Après avoir interrompu la mission d’Alfred Nguini, quinze mois seulement après sa nomination en tant qu’ambassadeur du Cameroun en France, Paul Biya a nommé André Magnus Ekoumou pour prendre sa suite. 

Après une succession de couacs et en raison des relations orageuses qu’il entretenait avec ses collaborateurs, Alfred Nguini a été rappelé pour « consultation » à Yaoundé fin avril. Pour tenter de faire oublier cet épisode embarrassant, le président Paul Biya a choisi pour le remplacer André Magnus Ekoumou, un très discret diplomate de 63 ans, formé en France et à l’Institut des relations internationales du Cameroun.

Ce haut fonctionnaire a effectué l’essentiel de sa carrière au palais d’Etoudi, où il est arrivé en 1995. À la présidence, il gérait notamment, en tant que chargé de mission, les relations avec la police.

À 55 ans, alors qu’il aurait dû prendre sa retraite, le chef de l’État l’a nommé, toujours à la présidence, au sein de la Division des affaires diplomatiques. Il en a pris la direction lorsque le poste a été laissé vacant par Marie Yvette Koloko, nommée en mars 2019 ambassadrice du Cameroun en Côte d’Ivoire.

Nguini dans l’attente

De son côté, Alfred Nguini a regagné Yaoundé sur un vol spécial, affrété pour rapatrier des Camerounais retenus en France en raison de l’épidémie de Covid-19. Installé dans un grand hôtel de la capitale, l’ex-ambassadeur a attendu en vain pendant plusieurs semaines d’être reçu par le directeur du cabinet civil du président, Samuel Mvondo Ayolo ou par le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh. 

En revanche, il n’a pas demandé à s’entretenir avec le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella. Les deux hommes ne s’apprécient guère.

L’attente se faisant longue, le diplomate, impatient, a alors demandé à reprendre du service en France. Il a demandé un billet d’avion retour, en vain. 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte