Histoire

La France va restituer les crânes de résistants algériens entreposés à Paris

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 02 juillet 2020 à 17h37
Crânes de résistants algériens entreposés au Musée de l'Homme, à Paris.

Crânes de résistants algériens entreposés au Musée de l'Homme, à Paris. © TO GO WITH AFP STORY BY PASCALE MOLLARD Boxes with skulls are pictured at the vaults of the Museum of Man (Musee de l'Homme) on August 27, 2015 in Paris. The museum will reopen its doors on October 17, 2015 after 6 years of construction works. AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK © PATRICK KOVARIK / AFP

Le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé que l’Algérie se verrait restituer les crânes de 24 résistants tués au milieu du XIXe siècle, durant la résistance contre les troupes françaises.

Alger en a fait l’annonce lors d’une cérémonie officielle : la France a accepté officiellement la restitution des crânes de résistants algériens entreposés au Musée de l’Homme à Paris. Le président français Emmanuel Macron a accédé aux multiples demandes en ce sens. La restitution de ces crânes, qui intervient deux jours avant la célébration du 58e anniversaire de l’anniversaire de l’indépendance du 5 juillet 1962, est un geste symbolique de la part du président français qui s’y était engagé en décembre 2017.

Joint par Jeune Afrique pour commenter cette restitution, le Muséum national d’Histoire naturelle » indique ne pas souhaiter « apporter de commentaire pour le moment sur un processus de restitution des crânes de résistants algériens actuellement en cours auprès du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et de la Présidence de la République. »  De son côté, le service de communication de l’Élysée nous a informé en fin de journée ce jeudi 2 juillet que la présidence française publiera un communiqué demain sur cette affaire de restitution.

Selon nos informations, un Hercule 130 de l’armée algérienne se déplacera vendredi 3 juillet à l’aéroport du Bourget, à Paris, pour y ramener les restes des résistants. Il sera escorté par trois avions chasseurs de l’armée nationale au niveau des eaux territoriales algériennes où l’escadrille fera un passage à basse altitude sur Alger.

Volonté d’apaiser

La restitution de ces crânes intervient après une séquence diplomatique qui a provoqué des remous dans les relations algéro-françaises suite au rappel, jeudi 28 mai, de l’ambassadeur d’Algérie à Paris, suite à la diffusion de deux documentaires sur le Hirak jugés offensants par les autorités algériennes. Le retour du diplomate algérien à son poste après dix-sept jours a marqué la fin de cette brouille. Le rapatriement de ces restes, qui ont été intégrés aux collections publiques nationales, marque une volonté des autorités françaises d’apaiser encore davantage ces relations qui connaissent cycliquement des moments de tensions et de dissensions.

Le rapatriement de ces crânes butait aussi bien sur un volet juridique que scientifique

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte