Politique

Algérie : la chute du général Wassini Bouazza, tout-puissant patron de la sécurité intérieure

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 01 juillet 2020 à 16h34
Le général Wassini Bouazza, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure, à Alger, le 19 décembre 2019

Le général Wassini Bouazza, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure, à Alger, le 19 décembre 2019 © Nacerdine Zebar/GAMMA/RAPHO

Arrêté en avril dernier, le général Wassini Bouazza a été condamné en appel le 23 juin à huit ans de prison ferme. Une chute aussi rapide que l’avait été son ascension.

Sa chute aura été aussi rapide que l’a été son ascension. Arrêté en avril dernier, aussitôt après avoir été démis de ses fonctions de patron de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), le général Wassini Bouazza a été condamné en appel mardi 23 juin par le tribunal militaire de Blida à une peine de huit ans de prison ferme assortie d’une amende de 500 000 DA (environ 3 400 euros). Il était notamment poursuivi pour « faux et usage de faux, atteinte à corps constitué, détention d’arme à feu et de munitions de type IV ».

Ces chefs d’inculpation sont sans doute liées à son arrestation plutôt musclée par les agents de la DCSA (Direction centrale de la sécurité de l’armée) dans les locaux de la DGSI, sur les hauteurs d’Alger. Menotté, l’ancien tout puissant Bouazza aurait proféré menaces et insultes à leur endroit.

Et ses ennuis judiciaires sont loin d’être finis : le parquet militaire indique que d’autres affaires dans lesquelles il est impliqué sont en cours d’instruction, sans pour autant fournir de plus amples indications sur les griefs pour lesquels il est poursuivi. Selon des sources à Alger, le général pourrait être inculpé pour atteinte à la sureté de l’État.

Ascension fulgurante

Wassini Bouazza n’est pas le premier général de la période post-Bouteflika à croupir à la prison militaire de Blida. Deux autres généraux majors, Mohamed Mediene dit Toufik et Athmane Tartag alias Bachir, tous deux issus des services de renseignements, occupent des cellules dans le même établissement pénitencier pour une « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre l’autorité de l’État ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte