Politique

Tunisie : Elyes Fakhfakh mis en cause pour conflit d’intérêts

Réservé aux abonnés | | Par - à Tunis
Mis à jour le 01 juillet 2020 à 12h04
Nicolas Fauqué

Nicolas Fauqué © Elyes Fakhfakh, chef du gouvernement tunisien depuis février 2020.

Le chef du gouvernement tunisien voulait marquer les esprits. Il y est parvenu puisque c’est à lui qu’aujourd’hui l’opinion demande des comptes dans une affaire de conflit d’intérêts, déjà baptisée « Fakhfakh Gate ». 

La pandémie, survenue au démarrage de son mandat, l’avait exonéré de présenter le programme du gouvernement dit de « la clarté et de l’édification de la confiance », mais permis néanmoins de donner des indicateurs sur sa gouvernance. En martelant lors de ses interventions que « personne n’a de plumes sur la tête », pour signifier que le temps des passe-droits et des privilèges était révolu, le chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfakh, pensait marquer les esprits. Il y est parvenu puisque c’est à lui qu’aujourd’hui l’opinion demande des comptes dans une affaire de conflit d’intérêts, déjà baptisée « Fakhfakh Gate ».

Avis de gros temps

Le locataire de la Kasbah avait vu venir l’avis de gros temps et tenté d’anticiper. Le 14 juin 2020, dans une interview télévisée portant sur la situation post-Covid-19, il avait reconnu détenir 20 % de parts de la société Vivan, qui opère, avec l’État, dans le domaine des déchets. Dix jours plus tard, entendu en plénière à l’Assemblée sur son agenda, il choisit d’attaquer pour se défendre en arguant qu’il avait préféré, en quittant ses fonctions de ministre des Finances, en 2013, investir dans un projet plutôt que d’acquérir un bien. Il en avait absolument le droit. Mais le bât blesse quand il adopte un ton arrogant et nie le conflit d’intérêts.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte