Politique

Abdel Hamid Mamdouh : « Je suis le seul candidat à la direction de l’OMC soutenu par l’UA » 

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 02 juillet 2020 à 12h34
Abdel Hamid Mamdouh, candidat à la direction générale de l'OMC. Ici, à Genève, en juin 2020.

Abdel Hamid Mamdouh, candidat à la direction générale de l'OMC. Ici, à Genève, en juin 2020. © Denis Balibouse/Reuters

Après que le Bénin s’est retiré de la course et que le Nigeria a finalement désigné Ngozi Okonjo-Iweala pour le représenter, l’avocat Abdel Hamid Mamdouh se présente comme le seul candidat légitime de l’UA à la direction de l’OMC. Entretien.

Secrétaire du Conseil du commerce des services, puis conseiller principal au sein de la division des services et enfin directeur de la division des services et investissement… Abdel Hamid Mamdouh a passé en tout vingt ans dans les couloirs de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qu’il a intégrée dès sa création, en 1995. Aujourd’hui, à 67 ans, ce juriste de formation fait partie des candidats africains à la direction générale de l’organisation, après la démission du Brésilien Roberto Azevêdo.

Alors que le Nigeria vient de changer de candidat, désignant l’ancienne ministre des Finances Ngozi Okonjo-Iweala et que le Bénin a décidé de se retirer de la course et de soutenir cette dernière, les cartes de la campagne semblent rebattues. Interview.

Jeune Afrique : L’Union africaine (UA) a-t-elle déjà décidé qui elle soutiendrait ?

Abdel Hamid Mamdouh : L’Union africaine a lancé son processus de sélection quand elle a décidé que le prochain directeur général de l’OMC serait africain, lors du sommet de Niamey, en juillet 2019. Il a été convenu que les pays du continent devraient présenter leurs candidats à l’UA d’ici à la fin novembre 2019.

Il y avait à cette date trois candidats, issus de trois pays : le Nigeria, le Bénin et l’Égypte. Nous sommes tous allés au sommet d’Addis-Abeba en février 2020. Le comité des candidatures de l’UA s’est alors réuni, a approuvé les trois noms et a demandé l’approbation du Conseil exécutif ministériel, qui les a confirmés et a demandé au comité des candidatures de sélectionner l’un d’entre eux. Il était alors prévu que le processus de sélection de l’OMC commence en décembre 2020.

Mais deux choses se sont produites entre-temps. D’abord, le Covid 19, qui a entraîné l’annulation du sommet de l’Union africaine au Tchad en juillet. Et la démission soudaine du directeur général de l’OMC, provoquant le lancement du processus de sélection dès le mois de juin.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte