Livres

Littérature – Tassadit Imache, l’écrivaine sans étiquette

Réservé aux abonnés | | Par
L’auteure franco-algérienne Tassadit Imache est née en 1958 à Argenteuil.

L’auteure franco-algérienne Tassadit Imache est née en 1958 à Argenteuil. © Philippe GRUNCHEC/Opale/Leemage

Tout au long de son parcours d’auteure, et malgré le poids des injonctions, la Franco-Algérienne Tassadit Imache a suivi la ligne de son écriture et de ses questionnements.

En 1989, Tassadit Imache figurait parmi les auteurs à suivre lors de la rentrée littéraire selon… Jeune Afrique. Elle sortait alors son premier roman, Une fille sans histoire. Il y était déjà question d’identité, de mémoire, de la façon d’habiter l’une et de transmettre l’autre. Dans Fini d’écrire !, Tassadit Imache explore son propre parcours à travers son œuvre et quelques tranches de vie.

Deux façons indissociables de se définir : « Mon identité est dans mon écriture. J’inscris les traces des vies des miens dans la littérature française et je continue à chercher. J’ai besoin du pouvoir de l’écriture pour vivre. » Son identité, elle la décline en dehors des cases : « Je suis de ces écrivaines françaises qui ne souffrent pas d’avoir la banlieue parisienne dans leur ADN imaginaire. » Et l’auteure née en 1958 à Argenteuil d’ajouter : « Je l’ai même transmis à mes enfants impunément. Ils sauront lutter contre tous les enfermements. »

 

« Fini d’écrire ! », de Tassadit Imache, est paru aux éditions Hors d’atteinte (184 pages, 16 euros).

Dilemme et défi

La transmission se retrouve dans la genèse de ce texte dense, où chaque mot est pesé, ciselé. Fini d’écrire ! répond à une question que Tassadit Imache s’est posée de longue date : « Fini d’écrire ! reprend et poursuit une réflexion amorcée dans un texte publié en décembre 2001 par la revue Esprit dont le titre « Écrire tranquille ? » résume mon dilemme et le défi que j’allais devoir relever. J’analyse mon parcours d’écrivaine dont le nom étranger et les références – un père immigré algérien, une mère française, une enfance dans une cité de la banlieue parisienne –, mais aussi le matériau remué par mes romans, renvoient sans cesse à une histoire collective passée, à une actualité politique qui influent sur la réception de mon travail quand bien même il est question dans mes livres de liens familiaux, de recherche d’amour et de luttes pour être soi, s’en sortir, aimer et être aimé. »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte