Musique

Et il est comment le dernier… Ray Lema ?

Réservé aux abonnés | | Par
Le pianiste congolais Ray Lema lors du JazzKiff Festival de Kinshasa, le 13 juin 2019.

Le pianiste congolais Ray Lema lors du JazzKiff Festival de Kinshasa, le 13 juin 2019. © John WESSELS/AFP

En réinterprétant le répertoire de Franco Luambo Makiad en juin 2019 pour la treizième édition du JazzKif Festival de Kinshasa, Ray Lema a conquis le public kinois. Un album live a été tiré de ce concert.

Adolescent, Ray Lema découvrait l’orgue et les chants grégoriens au séminaire des pères blancs… mais le soir venu il allait parfois parfaire son éducation grâce aux concerts d’un artiste aux textes bien peu catholiques. Posé sur une branche en surplomb de la scène, le jeune Raymond jouait les « chauve-souris » comme beaucoup d’autres gamins de Kinshasa, pour écouter, fasciné, Franco Luambo Makiad, griot moderne, co-fondateur du Tout-Puissant OK Jazz. L’artiste prolifique défendait une musique – la rumba –, et des paroles – quotidien du peuple, histoires d’amours sensuelles et récits d’infidélité – qui complétaient avantageusement la formation classique et religieuse du jeune homme.

Pianiste virtuose

De l’eau a coulé sous les ponts depuis cette période éblouissante. Franco est mort en 1989, sans doute du sida, et Ray Lema a dû quitter le Zaïre pour ne pas être contraint de chanter les louanges de Mobutu. Cette séparation d’avec sa terre d’origine durera près de quarante ans, durant lesquels le pianiste virtuose s’essaiera à peu près à tous les genres : classique, jazz, chanson, afrobeat, musique de film ou musique traditionnelle africaine – notamment les chansons kongo avec l’album Nzimbu, dans lequel il chante pour la première fois dans la langue de ses parents.

Le musicien tout-terrain ne s’était pourtant jamais essayé au genre phare de la RDC, la rumba. Le public kinois l’attendait donc au tournant lorsqu’il réinterpréta le répertoire de Franco en juin 2019, pour la treizième édition du JazzKif Festival de Kinshasa.

De la « rumba jazz »

Ray Lema, "On entre KO, On sort OK, hommage à Franco Luambo", One Drop/L’autre Distribution, 12,99 euros

Ray Lema, "On entre KO, On sort OK", Hommage à Franco Luambo, One Drop/L’autre Distribution, 12,99 euros © One Drop/L’autre Distribution

Les applaudissements et les cris enjoués qu’on peut entendre dans l’album live tiré du concert sont largement mérités. Certains y ont vu de la « rumba jazz ». Effectivement, les parties de batterie sont plus complexes et la section cuivre – dont Gérald Bantsimba, flamboyant à la trompette – vient enfiévrer un peu plus les « Sebene », ces moments où la mélodie, le rythme, reviennent en boucle, guidant vers la transe. Mais l’énergie, la verve et la guitare de Franco – par le Kinois Rodriguez Vangama, impressionnant sur ses deux manches– sont bien là. Mario, le « tube » de Franco, reprend vie. Kinsiona s’envole en improvisation…

Franco, un artiste majeur

Le disque ne ressuscite pas seulement une légende congolaise. Il permet à Ray Lema de gagner le cœur du public populaire de Kin. Et à Franco, parfois tout juste considéré comme un guitariste habile, capable de bricolages très répétitifs, d’être enfin perçu comme un artiste majeur. Franco avait écrit sur son bar, à Kinshasa, « On entre KO, On sort OK » L’adage vaut aussi pour cet album.

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte