Archives

Maroc : l’énigme Ali Lmrabet

Condamné en première instance à quatre ans de prison pour « outrage à la personne du roi » – son procès en appel a été mis en délibéré au 17 juin -, le journaliste franco-marocain Ali Lmrabet, 43 ans, directeur de l’hebdomadaire interdit Demain, est un personnage à multiples facettes. Originaire de Tétouan, titulaire d’un doctorat d’État en espagnol, il fut pendant près de dix ans fonctionnaire aux consulats du Maroc de Nanterre et de Paris avant d’intégrer le ministère des Affaires étrangères à Rabat. Numéro deux de l’ambassade du Maroc en Argentine, il est rappelé au bout de six mois pour « raisons disciplinaires » et se reconvertit dans le journalisme en 1997. Tout d’abord à La Vie économique, puis à La Gazette du Maroc et, enfin, au Journal – trois publications qu’il quitte en claquant la porte. Cofondateur de Demain en mars 2000, il se sépare bientôt de son bailleur de fonds, Abdennasser Bouazza. Ali Lmrabet, dont la condamnation a suscité une vive émotion hors du Maroc, a par ailleurs acquis la nationalité française par un premier mariage et est titulaire d’un passeport français délivré par la préfecture des Hauts-de-Seine. Mais il ne souhaite pas, semble-t-il, en faire état. Selon le consulat de France à Rabat, il aurait même refusé l’assistance que ce dernier lui proposait.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte