Transport aérien

De retour dans les airs, Air Côte d’Ivoire négocie le soutien de l’État

Réservé aux abonnés | | Par
Air Côte d'Ivoire, la compagnie nationale a repris ce 26 juin ses vols domestiques.

Air Côte d'Ivoire, la compagnie nationale a repris ce 26 juin ses vols domestiques. © © ISSOUF SANOGO / AFP

La compagnie nationale espère une enveloppe gouvernementale d’environ 30,5 millions d’euros pour couvrir ses pertes et se relancer.

Pour des raisons sanitaires, tous les passagers devront être masqués et effectuer un test de température à l’aéroport d’Abidjan. Aucun repas ni aucune collation ne seront servis à bord. Mais il n’y aura pas de distanciation sociale à l’intérieur des cabines, grâce au renouvellement permanent de l’air. Et les appareils seront bien sûr désinfectés…

Après trois mois d’interruption de ses opérations, Air Côte d’Ivoire a repris ses vols domestiques le 26 juin. C’est comme il se doit avec un « water salute », censé marquer un nouveau départ pour le transporteur, qu’a été arrosée l’arrivée sur la piste à Korhogo du premier avion en provenance d’Abidjan.

Un retour dans les airs en douceur pour le pavillon ivoirien qui n’assurera, avec ses turbopropulseurs Bombardier Q400 d’abord, que trois puis quatre vols hebdomadaires vers cette ville du nord du pays (contre un vol quotidien en temps normal) et San Pedro (contre huit par semaine) et deux vers Man, Bouaké et Odienné.

La compagnie entend retrouver sa vitesse de croisière progressivement au cours des prochaines semaines. Elle reviendra à ses cadences d’avant la crise sanitaire à mesure que le trafic reprendra.

Date de reprise des escales régionales encore inconnue

Mais si le pays rouvrira ses frontières aériennes le 1er juillet, à la suite d’une décision prise le 25 juin par le  Conseil national de sécurité (CNS), Air Côte d’Ivoire ne pourra pas pour autant reprendre tout de suite ses liaisons vers d’autres capitales en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Car les autres pays de la région, notamment, n’ont pas encore ouvert, eux, leurs frontières. Les différents membres de la Cedeao doivent se mettre d’accord sur le sujet.

Les équipes d’Air Côte d’Ivoire attendent avec impatience la date de reprise des escales régionales comme Dakar, Cotonou, Brazzaville …  « Une fois que celle-ci sera annoncée, il faudra cependant quinze jours de préparation à Air Côte d’Ivoire pour qu’il puisse relancer ses vols régionaux, le temps de remettre en route le système de réservation et de remplir les avions … », précise une source en interne.

Ayant assuré des vols d’affrètement et cargo durant la période, la plupart de ses pilotes n’auront pas besoin d’effectuer de « rafraîchissement » sur simulateur chez Air France, alors que la réglementation internationale impose à tout navigant d’effectuer trois décollages et trois atterrissages dans une période de trois mois.

Entre 15 et 20 milliards de F CFA de soutien de l’État

Ne disposant que de quelques semaines de trésorerie en mars, la compagnie a mis tout son personnel en congés. Elle a bénéficié d’un soutien de l’État actionnaire en mai et juin de 9,4 milliards de F CFA (14,3 millions d’euros) pour le paiement des salaires de ses 600 employés et de ses autres frais fixes.

Selon nos informations, c’est au total entre 15 et 20 milliards de F CFA (22,8 et 30,5 millions d’euros) que devrait se chiffrer l’enveloppe gouvernementale pour la compagnie à la fois pour couvrir ses pertes et engager sa relance. Ces montants sont actuellement en discussions. Un conseil des ministres devrait être entièrement dédié à l’avenir de la compagnie dans les prochaines semaines.

Réalisant 45 % du trafic de la plateforme d’Abidjan, la compagnie créée en 2012, qui assure les connexions entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, avait réussi à s’imposer et à croître, jusqu’à représenter 50 % des parts sur le marché régional. On lui attribue une part de la prospérité économique qu’avait retrouvée le pays depuis dix ans, dans le boom du secteur hôtelier notamment.

La compagnie, qui a reconduit ce jeudi pour trois ans comme président le général Abdoulaye Coulibaly lors de son conseil d’administration, et qui désignera un nouveau directeur général fin 2020 en remplacement du Suisse René Décurey, avait conçu un plan, entériné le 8 janvier par le gouvernement, pour devenir enfin profitable, alors que ses taxes et frais de fonctionnement pèsent beaucoup sur ses comptes. Lequel passera par un nouveau cadre fiscal, un dédouanement sur le carburant et les pièces détachées, une entrée au capital d’Aeria, le gestionnaire de l’aéroport d’Abidjan, et des sociétés présentes sur la plateforme comme Servair Abidjan, NAS, Avisecure, Securiport, un développement sur le long-courrier, avec l’ouverture de Johannesburg et de Paris, l’extension de sa flotte…


>>> À lire sur Jeune Afrique Business+ Johannesburg, première étape de la stratégie long-courrier d’Air Côte d’Ivoire <<<


Elle recevra en octobre l’Airbus A320neo qui devait être réceptionné en juillet.

Avant cela, le soutien de l’État s’avérera d’autant plus indispensable que toutes les compagnies aériennes devront affronter des conditions de reprise lente et incertaine et surtout regagner la confiance de leurs passagers.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte