Sécurité

Attaque de Kafolo : les détails du coup de filet en Côte d’Ivoire

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 26 juin 2020 à 17h07
Défilé de l'armée ivoirienne lors des funérailles du colonel Issiaka Ouattara, le 6 février 2020, à Abidjan.

Défilé de l'armée ivoirienne lors des funérailles du colonel Issiaka Ouattara, le 6 février 2020, à Abidjan. © Issouf Sanogo/AFP

Deux semaines après l’attaque de Kafolo, les forces armées ivoiriennes ont arrêté une trentaine de jihadistes présumés, dont l’un des coordonnateurs de l’opération, Sidibé Ali dit Sofiane. Récit exclusif.

L’armée ivoirienne poursuit les ratissages dans la zone du fleuve Comoé, afin de démanteler les cellules de combattants identifiées par les services de renseignement ivoiriens comme étant dirigées par Sidibé Abdramani, dont celle d’Alidougou (sud du Burkina Faso) qui serait affiliée à la katiba Macina d’Amadou Koufa, selon des sources sécuritaires françaises et burkinabè. Ce chef jihadiste figure sur une liste de 247 chefs et combattants activement recherchés par les autorités burkinabè.

Selon nos informations, l’attaque du 11 juin dernier, perpétrée contre une base mixte de la gendarmerie et de l’armée à Kafolo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, a été organisé par trois commandos venus du Burkina Faso. Elle a été réalisée en représailles à l’opération Comoé (du 11 au 24 mai), qui a abouti à la destruction de plusieurs bases mobiles appartenant aux jihadistes.

Les combattants ont traversé le fleuve Comoé à la nage pour se rendre à Kafolo, avant de se replier sur leurs bases arrières situées au sud du Burkina.

Repéré par la vidéosurveillance 

Le Burkinabè Sidibé Ali, dit Sofiane, dont l’arrestation a été annoncée le 25 juin par le chef d’état-major des armées Lassina Doumbia, est l’un des trois chefs de ces commandos. Cet homme de main de Sidibé Abdramani a été intercepté mi-juin dans les environs du fleuve. Toujours selon nos informations, il a été trahi par une vidéo de surveillance datée de la nuit du 10 au 11 juin, où on le voit arriver en repérage, peu avant l’attaque.

Une trentaine de combattants ou suspects ont par ailleurs été interpellés. Ils ont été remis aux services ivoiriens et à la gendarmerie, qui mènent l’enquête. Le dossier a été instruit par Adou Richard, le Procureur de la République près le Tribunal de première instance d’Abidjan.

Les deux autres chefs de la cellule, Sidibé Drissa et Abou Adama, sont activement recherchés. Des arrestations ont également eu lieu dans l’ouest de la Côte d’Ivoire.

Moyens aériens

Les autorités ivoiriennes sont convaincues que l’attaque de Kafolo était une diversion et que les terroristes cherchaient en réalité à accéder à l’un des ports. Le général Lassina Doumbia supervise actuellement le théâtre des opérations, dans l’objectif de pacifier la zone. Les Burkinabè ont de leur côté autorisé des incursions sur leur territoire.

Les forces spéciales ivoiriennes ont également été engagées sur le terrain, en première ligne, équipées de moyens aériens. Quant à la gendarmerie et à la police, elles sécurisent les sites qui étaient occupés par les jihadistes et qui ont été récupérés. Ils poursuivent, en collaboration avec les services de renseignement, l’exploitation des téléphones et autres moyens de communication saisis.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte