Politique

Tensions à Kinshasa : pro-Tshisekedi et pro-Kabila se déchirent sur la réforme judiciaire

Devant le siège de l'UDPS à Kinsahsa, en décembre 2018 (archive/illustration)

Devant le siège de l'UDPS à Kinsahsa, en décembre 2018 (archive/illustration) © REUTERS/Baz Ratner

La réforme du système judiciaire proposée par des députés du FCC de Kabila a déclenché l’ire de l’UDPS de Tshisekedi. Minoritaire à l’Assemblée, le parti présidentiel a décidé d’en appeler à la rue.

La tension monte à Kinshasa. Les tiraillements et tensions politiques qui déchirent l’attelage formé par les coalitions de partis de Félix Tshisekedi et de Joseph Kabila, qui se partagent de fait le pouvoir tant au niveau législatif qu’au sein du gouvernement, ont encore monté d’un cran supplémentaire.

Des centaines de manifestants ont convergé devant les grilles du Palais du peuple, siège de l’Assemblée nationale congolaise, ce mercredi matin, dans l’intention d’en bloquer les accès aux députés. Juchés sur des motos et portant des bâtons pour certains, ils ont mis le feu à des pneus et des poubelles en travers des axes routiers situés à proximité.

Les manifestants s’en sont également pris à des immeubles détenus, ou supposés l’être, par des personnalités pro-Kabila. Des affrontements sporadiques ont opposé manifestants et forces de l’ordre mais, en fin de matinée, la police continuait de se tenir à distance. Au contraire de la veille, lorsqu’une centaine d’entre eux avaient manifesté sous les fenêtres du Parlement avant d’être dispersés à coups de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre.

Militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, de Félix Tshisekedi), les manifestants en colère veulent empêcher l’examen par l’Assemblée de trois propositions de lois portant sur de profondes réformes judiciaires déposées par des députés – supposés alliés au sein de la coalition au pouvoir – du Front commun pour le Congo (FCC, de Joseph Kabila).

L’UDPS accuse le FCC d’encourager l’impunité

Minoritaire au sein de l’Assemblée où les partisans de Joseph Kabila bénéficient d’une majorité écrasante, le parti du président congolais avait prévenu, dès lundi, qu’il n’hésiterait pas à mobiliser ses troupes pour contrecarrer les projets des élus fidèles au prédécesseur de Félix Tshisekedi.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte