Justice

Gabon : à Paris et Banjul, les derniers recours de Jean Ping

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Jean Ping

Jean Ping © Jean Ping, à Paris le 17 02 2016. © Vincent Fournier/JA

Si Jean Ping semble dans une impasse politique à Libreville, l’opposant gabonais tente toujours de plaider sa cause devant la justice française et la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples.

L’avenir de Jean Ping peut-il encore se jouer à l’étranger, loin des rives de l’Estuaire où son sort politique semble scellé ? L’ancien président de la Commission de l’Union africaine, qui revendique toujours sa victoire à l’élection présidentielle gabonaise de 2016, a ouvert un nouveau front devant le tribunal administratif de Paris.

L’association « Éveille-toi Gabon », représentée par l’avocat français William Woll, a en effet saisi les juges de cette juridiction afin qu’elle contraigne l’État français à produire les documents concernant les prêts accordés en novembre 2017 et juin 2018 au Gabon par l’Agence française de développement (AFD).

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte