Industrie

À la découverte des satellites « 100% tunisiens » de Mohamed Frikha

Réservé aux abonnés | | Par - à Tunis
Signature du partenariat entre Telnet et les sociétés russes  Sputnix et GK Launch Services, le 24 juin 2019 à Moscou.

Signature du partenariat entre Telnet et les sociétés russes Sputnix et GK Launch Services, le 24 juin 2019 à Moscou. © Telnet

À la tête de Telnet, l’entrepreneur et homme politique tunisien mise sur l’aérospatiale et tente de tourner la page de Syphax Airlines.

Le lanceur russe Soyouz 2 doit embarquer le 15 novembre prochain une constellation d’une vingtaine de nanosatellites estampillés « 100 % tunisiens», une première pour un pays de la région MENA (Afrique du Nord, Moyen-Orient). Le slogan est attirant, mais dans les premières minutes de l’entretien, Anis Youssef, le directeur des activités Innovation du groupe d’ingénierie Telnet, fait comprendre qu’il n’est pas là pour parler marketing mais science.

Dans son exigu bureau du Technocentre, dans le quartier des affaires du Lac à Tunis, le diplômé de l’Institut national Polytechnique de Toulouse, en France, décortique les différentes parties de ses nanosatellites. La plateforme (« bus ») d’abord, qui sert au fonctionnement de l’appareil avec son ordinateur de bord (OBC), son système de production et de stockage d’énergie à base de panneaux solaires et de batteries rechargeables (EPS), d’antennes émetteur/récepteurs pour la télécommunication ou encore le contrôle d’altitude. La charge utile (« payload »), ensuite, qui va réaliser la mission proprement dite. Le tout condensé dans des parallélépipèdes de 30 x 10 cm pesant 5 kg et d’une vitesse une fois en orbite basse de 8 km/s.

« Les pays peuvent acheter tout clé en main, comme l’ont fait l’Algérie ou l’Arabie saoudite. Ils peuvent aussi n’acheter que la plateforme pour se concentrer sur la charge utile qui détermine ce que fera le nanosatellite. Nous, nous avons tout fait nous-mêmes. Il n’y a que la phase de lancement que nous ne maîtrisons pas », assure l’ingénieur.

Un coût inférieur à 1 million de dollars

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte