Diplomatie

Colonisation de l’Algérie : pourquoi il faut déboulonner le maréchal Bugeaud

Réservé aux abonnés | | Par
Les bustes déboulonnés des gouverneurs successifs de l'Algérie coloniale, en juillet 1962. A gauche, celui du maréchal Bugeaud.

Les bustes déboulonnés des gouverneurs successifs de l'Algérie coloniale, en juillet 1962. A gauche, celui du maréchal Bugeaud. © AFP

Alors que le débat autour des statues célébrant des figures de l’esclavagisme ou du colonialisme s’intensifie, il faut rappeler les crimes barbares perpétrés par le maréchal Bugeaud et d’autres généraux français en Algérie.

La première fois qu’une statue du maréchal Thomas Robert Bugeaud a été déboulonnée, c’était en juillet 1962, au lendemain de l’indépendance de l’Algérie, après 132 ans de colonisation française dont il fut l’un des pionniers. La statue du maréchal, qui trônait sur une grande place d’Alger depuis 1852, est alors démontée pour être remplacée par celle de l’émir Abdelkader, premier chef de la résistance contre les troupes françaises, avant sa capitulation en 1847.

Cinquante-huit ans après la fin de la guerre d’Algérie, Bugeaud et d’autres généraux qui ont pris part à la conquête de l’Afrique du Nord reviennent à la une de l’actualité avec les débats et les controverses sur le déboulonnement des figures du colonialisme, de l’esclavagisme ou de la traite négrière.

« Regarder l’Histoire en face » ?

Les requêtes pour défaire les statues de Bugeaud, notamment à Périgueux ou à Paris, ne datent pas d’aujourd’hui. La question a déjà fait polémique en 2017, lorsqu’il était question de démonter la statue d’un général sudiste aux États-Unis. Mais les manifestations outre-atlantique contre la mort de George Floyd ont remis au goût du jour le débat sur les reconnaissances officielles et les hommages rendus aux hommes qui se sont rendus coupables de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité durant la conquête de l’Amérique ou la colonisation française. 

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte