Culture

Sembène Ousmane au Panthéon

Par - Cécile Sow, à Dakar
Mis à jour le 16 juin 2008 à 12:46

Un hommage solennel a été rendu au cinéaste les 9 et 10 juin, un an après sa disparition.

Un an après sa disparition, survenue le 9 juin 2007 à Dakar, l’écrivain et cinéaste sénégalais Sembène Ousmane devient la première personnalité à entrer au « Panthéon des hommes de culture et de sciences d’Afrique et de la diaspora », érigé sur la place du Souvenir, sur la Corniche ouest de la capitale sénégalaise.
Les 9 et 10 juin dernier, un hommage solennel a été rendu à « l’aîné des anciens » dans cet édifice dont le président sénégalais Abdoulaye Wade veut faire un lieu de mémoire destiné à saluer toutes les grandes figures de l’Afrique et de la diaspora même s’il n’accueillera aucune sépulture.
Plusieurs artistes de renommée internationale ont assisté à l’hommage rendu à l’auteur de La Noire de (1966), premier long-métrage réalisé par un Africain en Afrique subsaharienne. La présence de Danny Glover a été particulièrement remarquée. L’acteur américain a profité de son déplacement à Dakar pour confirmer son intention de porter à l’écran certaines Âuvres de Sembène Ousmane, notamment Les Bouts de bois de Dieu. Le long-métrage sera réalisé en Afrique, probablement dans le courant de l’année 2009, et fera intervenir des acteurs africains, « conformément à la volonté » du disparu, a-t-il indiqué. Parmi les invités figurait également le cinéaste malien Cheikh Oumar Cissokho, qui n’a pas manqué de saluer l’engagement de son ami de longue date « pour l’émancipation de l’Afrique ».
Le chef de l’État sénégalais a, quant à lui, promis que sa fondation participerait à hauteur de 3 milliards de F CFA (4,5 millions d’euros) à la réalisation d’un film intitulé Samory, projet cher à Ousmane, que celui-ci n’a pas eu le temps de réaliser. Son titre fait référence à Samory Touré, une personnalité originaire de l’actuelle Guinée devenue célèbre en luttant contre le colonialisme dès le XIXe siècle. L’un des fils de l’artiste a enfin annoncé que Galle Ceddo, la résidence où il a longtemps vécu, serait prochainement transformée en musée.