Santé

Coronavirus : lancement d’un essai clinique sur l’artemisia en RDC

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Jérôme Munyangi, le médecin pro-artemisia congolais (d.), lors de sa rencontre avec le président Félix Tshisekedi, le 12 mai 2020.

Jérôme Munyangi, le médecin pro-artemisia congolais (d.), lors de sa rencontre avec le président Félix Tshisekedi, le 12 mai 2020. © DR : présidence RDC

Une équipe de chercheurs et de médecins dirigée par le Dr Jérôme Munyangi va mener un essai clinique sur l’artemisia annua dans le traitement du Covid-19. 

Le Comité national d’éthique, rattaché au ministère de la Santé congolais, a officiellement accordé son « approbation » au lancement d’un « essai clinique randomisé » sur l’efficacité de l’artemisia annua dans le traitement du Covid-19. Cet essai, qui sera dirigé par le médecin Jérôme Munyangi à l’hôpital de Monkole, à Kinshasa, est prévu pour durer du 15 juin 2020 au 14 juin 2021.

Le docteur, qui plaidait depuis longtemps pour le lancement d’une telle étude, a fait partie de l’équipe qui avait proposé à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et à l’Union africaine (UA) de tester les vertus de cette plante médicinale contre le Covid-19. Sa proposition a débouché sur le développement par les scientifiques malgaches du Covid-Organics.

Le jeune médecin de 36 ans tient toutefois à faire la distinction entre son programme et l’initiative menée à Antananarivo : l’étude qu’il propose et qu’il va maintenant pouvoir mener est un protocole « qui respecte les normes de la recherche clinique » et qui doit permettre de déterminer de façon incontestable si la fameuse plante médicinale a ou non un effet positif sur les malades infectés par le coronavirus.

Un « essai clinique randomisé » sur l’efficacité de l’artemisia annua dans le traitement du Covid-19 va être dirigé par le médecin Jérôme Munyangi à l'hôpital de Monkole, à Kinshasa.

Partisan de longue date de l’utilisation de l’artemisia annua, en particulier contre le paludisme, Jérôme Munyangi avait fui son pays en 2019, se disant persécuté et évoquant les menaces de grandes firmes pharmaceutiques. 

Réfugié à Paris, il y a travaillé avec les spécialistes de la Maison de l’artemisia, laquelle a mis au point une proposition de protocole visant à intégrer cette plante dans le traitement des malades atteints du Covid-19.

Rentré à Kinshasa le 7 mai dernier, après avoir été rappelé par Félix Tshisekedi, il collabore depuis – sous le titre d’« investigateur principal » – avec la task force chargée de conseiller le chef de l’État congolais dans la lutte contre la pandémie.

Quelques jours après son retour, Munyangi expliquait à Jeune Afrique que son nouvel objectif était d’intégrer l’artemisia dans « les recherches de la solution africaine » au virus.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte