Politique économique

Mali – Mamadou Sinsy Coulibaly : « Le Mali a besoin d’une meilleure gouvernance économique »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 19 juin 2020 à 11h58
Mamadou Sinsy Coulibaly, dans ses locaux du quartier ACI 2000, le 30 août 2017.

Mamadou Sinsy Coulibaly, dans ses locaux du quartier ACI 2000, le 30 août 2017. © Emmanuel Bakary Daou pour JA

Lutte contre la corruption, crise sécuritaire et relance de l’économie… Le patron des patrons maliens n’hésite pas à dire ce qu’il pense, quitte à fâcher.

Depuis 2015, le PDG et fondateur du groupe Kledu, Mamadou Sinsy Coulibaly, est le président du Conseil national du patronat du Mali (CNPM). Cultivant son image de self-made-man, libéral assumé, le patron des patrons maliens a la parole libre.

À la tête d’un groupe omniprésent, des médias aux assurances en passant par l’agroalimentaire, l’entrepreneur de 64 ans a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. Il en dénonce à l’envi les conséquences désastreuses sur un secteur privé qui, gangrené, peine à se développer. Des prises de position radicales et un franc-parler qui font parfois polémique.

En mars 2019, Coulibaly avait ainsi fait scandale en qualifiant publiquement Nouhoum Tapily, le président de la Cour suprême, de « fonctionnaire le plus corrompu et le plus dangereux du pays ». Il avait ensuite promis de publier une liste des « 1 600 fonctionnaires les plus corrompus » du Mali. Le magistrat avait porté plainte et une médiation avait finalement débouché sur un accord à l’amiable entre les deux hommes.

Et si le président du CNPM n’a pour le moment pas rendu publique la suite de sa fameuse liste, il s’est depuis trouvé de nouveaux alliés au sein de la Plateforme de lutte contre la corruption et le chômage (PCC), dont il est, à l’instar de Clément Dembélé, l’un des membres fondateurs.

S’il se revendique comme « apolitique », Coulibaly n’en demeure pas moins extrêmement critique vis-à-vis de l’exécutif. Ces dernières semaines, il est plusieurs fois monté au créneau pour réclamer du gouvernement des mesures plus fortes à destination des entreprises qui, déjà fragilisées par la crise sécuritaire, font désormais face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19.

Jeune Afrique : Quelles sont les conséquences économiques du coronavirus sur le secteur privé ?

Mamadou Sinsy Coulibaly : Il est difficile de chiffrer les pertes car une grande partie des entreprises maliennes évoluent dans le secteur informel. Le CNPM fera un bilan, mais cela demandera un certain délai. La plupart des sociétés, qui sont surtout des petites et moyennes entreprises, prennent du temps pour communiquer les chiffres.

Il est certain que toute l’économie a tourné au ralenti : les banques, les transports, l’industrie, le tourisme… Mais le secteur des services est celui qui a été le plus été touché. Les agences de voyages et les hôtels par exemple n’ont eu aucun revenu pendant cette période.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte