BTP & Infrastructures

Côte d’Ivoire : 165 millions d’euros pour « industrialiser » Yamoussoukro

Réservé aux abonnés | | Par - à Abidjan
Mis à jour le 16 juin 2020 à 18h04
La basilique Notre-Dame-de-la-Paix, à Yamoussoukro. (illustration)

La basilique Notre-Dame-de-la-Paix, à Yamoussoukro. (illustration) © Julien Clémençot pour JA

Le projet de zone industrielle de la capitale politique ivoirienne, longtemps délaissée au profit d’Abidjan, a enfin été lancé. Les détails du plan.

Le gouvernement ivoirien accélère dans son projet de zone industrielle de Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d’Ivoire. Une zone aménagée de 750 hectares destinée à accueillir des entreprises du secteur de l’agro-industrie.

La première phase du projet portant sur une superficie de 250 hectares a été lancée. Et près de la moitié de cet espace a vu arriver ses premières entreprises au cours des cinq dernières années. En ce qui concerne les investissements, sur une enveloppe estimée à 40 milliards de F CFA (61 millions d’euros) pour la première phase, 20 milliards ont servi à l’implantation de groupes comme le géant avicole Sipra, via sa filiale Ivograin.

Souleymane Diarrassouba, le ministre ivoirien du Commerce et de l’Industrie, s’est rendu en fin de semaine dernière à Yamoussoukro, pour constater l’avancement des travaux et procéder au paiement de la purge des droits coutumiers. « L’objectif est de faire de Yamoussoukro, l’épicentre de l’industrialisation de l’intérieur du pays », a expliqué le ministre par ailleurs ancien directeur général du Groupe Atlantic Business International (filiale du groupe Banque Centrale Populaire du Maroc). Pour cet objectif ambitieux, une enveloppe totale de 108 milliards de F CFA (165 millions d’euros) a été évaluée.

Développement en PPP sur le modèle d’Akoupé-Zeudji

Prochaine étape : le gouvernement ivoirien doit lancer un appel d’offres afin de sélectionner un opérateur pour développer la zone industrielle de Yamoussoukro. Un développement prévu sur le modèle d’Abidjan, où la banque panafricaine Afreximbank s’est engagée à hauteur de 300 millions de dollars pour développer et opérer un projet de 113 hectares, dans le cadre d’un partenariat public-privé,  dans le parc industriel de 940 hectares PK24 d’Akoupé-Zeudji. Des négociations étaient également en cours en mai dernier avec Arise (Olam), pour le développement en PPP d’une parcelle de 329 hectares. Les travaux d’aménagement doivent débuter courant 2020.


Lire aussi Côte d’ivoire : à Akoupé-Zeudji, un pôle industriel XXL


Le projet de Yamoussoukro vise à désengorger Abidjan, la capitale économique située à plus de 200 kilomètres au sud, pour faciliter l’approvisionnement des pays limitrophes du Burkina Faso, du Mali, du Liberia et de la Guinée, et se rapprocher des zones de production. Piloté depuis 2013 par l’Agence de gestion et de développement des infrastructures industrielles (Agedi), le projet de réhabilitation de ses anciennes zones industrielles et de création de nouvelles par la Côte d’Ivoire concerne une dizaine d’agglomérations, dont Bouaké, Bonoua, Korhogo, Odienné, Séguéla et Yamoussoukro.

À Yamoussoukro, le site doit abriter des industries de transformation de noix de cajou qui sont essentiellement produites dans le nord du pays. Des entreprises de broyage de cacao prévoient également de s’implanter dans la zone. Yamoussoukro dispose en outre d’un dépôt de distribution de gaz pour faciliter les approvisionnements des usines en combustible.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte