Politique

Opération mains propres au Congo : des ministres et anciens ministres dans le viseur

Jean-Marc Thystère-Tchicaya, le ministre congolais des Hydrocarbures. © Baudouin Mouanda

Épinglé par un rapport de la Commission nationale de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude, rendu public le 31 juillet par son président, Lamyr Nguelé, pour des détournements présumés survenus au sein de son ministère des Hydrocarbures, Jean-Marc Thystère-Tchicaya n’est pas le seul sur la sellette.

Selon nos informations, l’Inspection générale de l’État a auditionné à propos de leur gestion plusieurs anciens membres du gouvernement : François Ibovi et Georges Moyen (Santé), Hellot Matson Mampouya (Enseignement), ainsi que des responsables en fonction : Aimé Ange Bininga, ministre de la Justice (en tant qu’ancien collaborateur de Georges Moyen), Rosalie Matondo, sa collègue de l’Économie forestière, ou Rigobert Mamboundou, actuel directeur de cabinet du Premier ministre, Clément Mouamba (en tant qu’ex-ministre de l’Agriculture).

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte