Diplomatie

Francophonie : Michaëlle Jean poussée vers la sortie

Michaelle Jean, secrétaire générale de l'OIF, ici en décembre 2015 dans ses bureaux à Paris. © Jacques Torregano pour Jeune Afrique

Le match entre la Rwandaise Louise Mushikiwabo et la Canadienne Michaëlle Jean aura-t-il lieu ? Tandis que plusieurs dirigeants africains espèrent un forfait du Canada, l’entourage de la secrétaire générale de l‘OIF assure qu’elle ne jettera pas l’éponge.

La situation se complique pour Michaëlle Jean, la secrétaire générale de l’OIF, qui brigue un second mandat. En marge du sommet conjoint Cedeao-CEEAC, le 30 juillet à Lomé, plusieurs chefs d’État d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale ont, lors d’une réunion informelle, redit leur intention – déjà affirmée au sommet de l’UA à Nouakchott, fin juin – de voir Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, succéder à la Canadienne d’origine haïtienne.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte