Politique

Tunisie : que devient Rafik Bouchlaka, ancien ministre des Affaires étrangères ?

Rafik Bouchlaka, ancien ministre des Affaires étrangères en Tunisie © Hichem

À la tête de la diplomatie tunisienne en 2012-2013, Rafik Bouchlaka, aujourd'hui membre du bureau exécutif d’Ennahdha, est également poursuivi dans l'affaire du Sheraton Gate.

« Istanbul est la capitale de la Turquie », « la Tunisie a 500 kilomètres de côtes »… On n’est pas près d’oublier le passage de Rafik Bouchlaka à la tête de la diplomatie tunisienne, en 2012-2013. Le gendre de Rached Ghannouchi (président du parti islamiste Ennahdha) se distingua par ses bourdes et sa proximité avec le Qatar, ainsi que par deux affaires pour lesquelles le ministère public demanda son inculpation en 2017.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte