Arts

Angola : à Luanda, dans les coulisses du Palais de fer

Le bâtiment, situé au centre de la capitale, a été aménagé pour accueillir des accrochages temporaires. © Bruno Fonseca pour ja

À Luanda, la fondation Sindika Dokolo abrite des expositions, l’atelier de l’artiste Fernando Alvim, et quelques rancœurs.

Avec ses murs jaune poussin, son jardin verdoyant et ses allées proprettes, ceinturée par des tours modernes et vieillottes, la bâtisse à deux niveaux est comme un îlot de résistance au milieu de la friche urbaine. Sa structure en fer lui a donné son nom, le Palacio de Ferro. Abandonné durant les vingt-sept années de guerre civile, il est finalement rénové en 2009 par la société brésilienne Odebrecht grâce au financement du diamantaire angolais Endiama.

Il abrite aujourd’hui la fondation Sindika Dokolo. Une occupation encadrée par un accord de gestion signé avec le ministère de la Culture, à qui appartient ce joyau architectural du XIXe siècle. La fondation Dokolo a notamment financé des aménagements pour accueillir des expositions provisoires.

Pour tous les Luandais, le Palais de fer est intimement lié à la France – et non à l’ancien colon portugais. Ils sont en effet persuadés qu’il s’agit de l’œuvre de l’illustre Gustave Eiffel, connu pour ses constructions métalliques et sa fameuse tour Eiffel, symbole immuable de Paris. Le 14 juillet 2017, l’ambassadeur de France en Angola, Sylvain Itté, a mis un terme à cette croyance.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte