Société

Algérie : « Raconte-Arts », un festival indépendant itinérant

Dessin et peinture murale sont à l’honneur pour l’édition 2018 de Raconte-Arts, à Tizi-Ouzou. © Djamila Ould Khettab pour JA

Dans un pays où la plupart des manifestations culturelles sont chapeautées par des organismes publics, Raconte-Arts fait figure d’exception.

Ce festival indépendant, organisé sans subventions publiques, repose sur la mobilisation des bénévoles de la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques de Tizi Ouzou et des habitants du village hôte.

Dynamiser la vie culturelle des territoires laissés pour compte

« On a créé Raconte-Arts pour dynamiser la vie culturelle des territoires laissés pour compte. Au lieu que les villageois de Kabylie se déplacent pour avoir accès à la culture, c’est la culture qui vient à eux », explique le plasticien algérien Denis Martinez, cofondateur, en esquissant un sourire sous sa moustache blanche.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte