Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : l'atout jeunes»

Voir tout le sommaire
Culture

Maroc : ringardes, les Dar Chabab ?

Des jeunes contre un mur au Maroc. © Flikr/CC/David Rosen

La mondialisation, l’internet et surtout les réseaux sociaux semblent bien avoir mis un terme aux années fastes des Dar Chabab (« maisons des jeunes »).

C’est dans les quartiers ouvriers d’un Maroc à peine indépendant que, non sans arrière-pensée politique, ont émergé les Dar Chabab (« maisons des jeunes »). Pendant des décennies, elles ont permis à des centaines de milliers d’enfants et de jeunes de s’initier à différentes formes d’expression artistique – théâtre, musique, danse… – et d’aiguiser leur appétit d’animations culturelles.

Véritables pépinières de talents, elles fourniront même le gros du contingent des artistes qui ont laissé leur empreinte dans la mémoire collective des cinquante dernières années.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte