Musique

Musique : Baaziz, ou le retour d’un trublion en Algérie

L’artiste, sur les planches du Théâtre national d’Alger, le 24 mai dernier. © fadila ouamrane

Le chanteur Baaziz remonte sur les scènes algériennes après quinze ans d’absence. En changeant d’univers musical et de ton.

Marinière blanc et rouge, voix tannée par les cigarettes, Baaziz nous accueille chez lui, dans un quartier tranquille des hauteurs d’Alger. Son appartement, sobrement décoré, est impeccable, il vient de passer la serpillière. Sur un meuble s’accumulent les photographies de sa vie d’artiste. Un micro sur pied trône au milieu du salon non loin de ses deux guitares : une sèche et une électrique. En lieu et place de la télévision, un ordinateur et une table de mixage : « C’est mon studio, c’est là que je répète et prépare mes spectacles », lance-t-il en souriant.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte