Dossier

Cet article est issu du dossier «Maroc : l'atout jeunes»

Voir tout le sommaire
Société

Des fonds marocains pour faire bouger l’art africain

Une résidence de Mbokka Project, du 28 avril au 06 mai 2018, grâce à l’association Afrikayna. © Facebook/Afrikayna

L’association Afrikayna, à Casablanca, place la composante africaine de l’identité marocaine au centre des actions de l’association.

C’est dans les locaux du Boultek, à Casablanca, que l’association Afrikayna a vu le jour il y a cinq ans, sous l’impulsion de Ghita Khaldi. La directrice de production du centre de musiques actuelles place la composante africaine de l’identité marocaine au centre des actions de l’association.

Avec son équipe, elle prend ainsi le parti de la diversité, de l’échange et du dialogue à travers la création et le soutien de projets artistiques en rapport avec le continent.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte