Justice

Côte d’Ivoire – Bombardement de Bouaké : un mort à la barre

Un des Sukhoi-25 détruits par les Français en représailles au bombardement de Bouaké. © PASCAL GUYOT/AFP

Dans son réquisitoire, le 25 juin, François Molins, le procureur de Paris, a demandé le renvoi d’Ange Magloire Gnanduillet devant la cour d’assises pour assassinat. Mais ce prévenu ne se présentera jamais devant les juges.

L’ex-capitaine de l’armée de l’air ivoirienne est en effet décédé il y a deux ans, à Abidjan. Il était soupçonné d’être l’un des pilotes des Sukhoï qui bombardèrent Bouaké en 2004, tuant neuf soldats français et un civil américain.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte