Sécurité

Côte d’Ivoire : les ex-comzones, un certain sens des affaires

L’ex-comzone Martin Fofié est propriétaire de plusieurs hôtels à Korhogo. © KAMBOU SIA/AFP

Les anciens comzones sont des hommes riches. Après avoir pillé les ressources naturelles pendant la crise, ils se sont reconvertis après 2011.

« L’hôtel Belambra, c’est à Fofié, le Biato aussi, et celui-là, le Thimbola, c’est Fofié encore ! » raconte Ousmane Coulibaly. L’énumération pourrait ainsi durer un moment. Pour cet habitant de Korhogo comme pour beaucoup d’autres, l’identité du propriétaire de nombreux bâtiments de la ville n’est pas un mystère.

Maître de la capitale des Savanes jusqu’en janvier 2017 – il a depuis été muté à Daloa mais continue à se rendre régulièrement dans son fief du Nord –, l’ex-comzone Martin Fofié a investi. À tel point qu’il est soupçonné par certains experts de blanchir l’argent du trafic d’or de la région.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte