Télécoms

Télécoms : liberté ou contrôle des communications numériques ?

Mats Granryd, directeur général de GSMA, et Hamadoun Touré, directeur exécutif de Smart Africa. © Ramon Costa/Shutterstoc/Sipa/Vincent Fournier/JA

Si Mats Granryd, le directeur général de GSMA, le lobby mondial des opérateurs de télécoms, garde un œil sur les projets du directeur exécutif de Smart Africa, Hamadoun Touré, ce n’est pas pour sa participation à l’élection présidentielle malienne du 29 juillet...

Mats Granryd est plus soucieux de la manière dont le directeur exécutif de Smart Africa pourrait nuire aux intérêts de ses membres. Hébergée à Kigali et présidée par Paul Kagame, cette agence à but non lucratif, dont l’objectif est d’accélérer le développement numérique de l’Afrique, regroupe vingt quatre États, des représentants du secteur privé (dont Orange, MTN, Econet et GSMA), ainsi que des organisations internationales.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte